L’Alsace qui lutte


Dans cette rubrique:



A retenir !

  • LE GCO 5 POINTS

    [version sept_2018]

    PROJET CONTROVERSE

    datant du siècle dernier (1973), avec 7 avis négatifs de la part d’experts scientifiques et commissaires enquêteurs indépendants. Le GCO à péage n’empêchera pas les embouteillages car, l’engorgement de l’autoroute A35 aux heures de pointe est dû aux déplacements pendulaires (domicile-travail) entre Strasbourg et sa périphérie et au sein même de l’agglomération.

    COUT : 553 MILLIONS D’EUROS.

    Aubaine pour le concessionnaire privé ARCOS, filiale de VINCI avec une autoroute payante et une concession de 54 ans (estimation annoncée par Vinci : 5 euros pour les voitures, 17 euros pour les camions).

    TERRE AGRICOLE ET ESPÈCES MENACÉES, POLLUTION ET NUISANCES SONORES

    300 ha de terres agricoles parmi les plus fertiles d’Europe sacrifiées (470 ha pendant les travaux) et 11 000 ha de terre remaniée. En effet le GCO va scinder le poumon vert à l’ouest de Strasbourg et accentuera la pollution et les nuisances sonores dans les zones périurbaines qu’il traversera. Il impactera de nombreuses espèces menacées et fragilisera leurs habitats respectifs. Il donnera notamment le coup de grâce au Grand Hamster d’Alsace, mammifère classé parmi les plus menacés de France, sans prendre en considération les pressions européennes faites sur la France pour sa préservation. Notre pays encourt de très lourdes sanctions en cas de non-respect de ses engagements.

    DENI DE DEMOCRATIE.

    Mépris affiché du gouvernement vis-à-vis des experts indépendants et de l’opinion publique. Encourageant les intérêts particuliers des lobbies, ce dernier fait passer le projet GCO en force. Le collectif GCO NON MERCI au travers d’Alsace Nature, souligne que ce dossier met en exergue les limites démocratiques et environnementales d’un système ou l’État est à la fois juge et partie. Il fait objectivement le jeu des lobbies au détriment de l’intérêt général du peuple qu’il est censé défendre. A cela s’ajoute un lancement de chantier avec déforestation illégale et violence policière auprès de manifestants pacifiques.

    QUELQUES SOLUTIONS…

    mise en place de l’Écotaxe poids lourds en Alsace permettrait de rééquilibrer le transit routier international vers d’autres axes existants déjà soumis à une taxe.

    favoriser les transports de marchandise ferroviaires.

    investir davantage dans les transports en commun…

    D’autres suggestions existent (infos sur gcononmerci.org)

    Publié le 30 septembre 2018



  • GCO : Vinci et la politique de la terre brûlée

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    lundi 24 sept. 2018 Alors que de nombreux jugements sont en attente concernant l’utilité publique du projet et les autorisations environnementales, Vinci poursuit les coupes d’arbres tout le long du tracé comme si de rien n’était. Pour se justifier la multinationale se réfugie derrière les arrêtés d’autorisation des travaux préparatoires de janvier 2017 (qui sont toujours pendants au tribunal).

    Cette politique de la terre brûlée appelle trois remarques :

    - on est en droit de se demander quels travaux préparatoires justifient ces abattages à ces endroits puisque les fouilles archéologiques et les sondages géotechniques ont déjà été réalisés

    - où sont les écologues qui selon les arrêtés d’autorisations sont censés veiller au respect des mesures d’évitement et de réduction d’impacts ? Où sont les agents de l’Etat chargés de vérifier le bon déroulement des opérations ? Les seuls agents de l’Etat visibles sont les forces de l’ordre qui s’occupent de déloger élus et citoyens et de faciliter les destructions des habitats d’espèces protégées par la loi.

    - Vinci profite visiblement de la bienveillance de l’Etat pour purger intégralement les travaux généreusement permis par les arrêtés de travaux préparatoires et mettre ainsi tout le monde devant le fait accompli y compris le tribunal administratif.

    Le coup de force permanent de Vinci et l’incapacité de l’Etat à faire respecter ses propres prescriptions préjuge très mal de la suite des opérations et ne fera que renforcer la détermination légitime de citoyens de plus en plus nombreux.

    GCOnonmerci

    Publié le 28 septembre 2018



  • Égoutiers… Ne pas perdre sa vie à la gagner !

    Cela fait des années qu’ils ont entrepris de se battre pour que soient reconnues les conditions insalubres dans lesquelles ils travaillent au quotidien. Ils effectuent cette mission, dont plus personne ne sait qu’elle existe, tant elle est cachée, au fond de kilomètres de réseaux souterrains, réseaux à travers lesquels circulent nos rejets, nos eaux dites poliment « usées ». Des conditions de travail qui conduisent ces agents à avoir une espérance de vie statistiquement inférieure de 17 ANS par rapport aux autres salariés. Incrédule face à l’insistance de la CGT, le service a voulu vérifier si leur travail aérien n’était pas, finalement, moins dangereux qu’ailleurs. Et bien non, l’enquête sanitaire faite en 2017 conclut exactement l’inverse : Comment la collectivité tient-elle compte de cela maintenant ?? Pour la CGT et les agents, il est grand temps de se mettre autour d’une table et de discuter sérieusement de leurs conditions de travail et de leur reconnaissance. La CGT a demandé un entretien à la Direction Générale pour ouvrir des négociations à ce sujet il y a près d’un mois !!!! La vie des agents ne l’intéresse pas ? Aucune réponse, aucune proposition d’entretien… Les agents sont déterminés à se battre car, ce qui est en jeu, c’est leur santé et leur espérance de vie. Si le mot solidarité a encore un sens, la CGT demande à l’ensemble des agents de soutenir leur lutte.

    Publié le 24 avril 2018



  • tract Collectif jeunes CGT 67

    Publié le 16 avril 2018



  • Ne lâchons rien !

    Publié le 15 avril 2018