Attentat de Barcelone : Face à la haine, la solidarité !

Apoyo Mutuo, initiative politique pour la transformation sociale, entend apporter son total soutien aux victimes des faits qui se sont produits, le 17 août 2017, à Barcelone.

Les assassinats de civils innocents, au nom de la haine, où que ce soit dans le monde, seront toujours injustifiables.

Dans l’attente de la confirmation d’une origine djihadiste de l’attentat, nous souhaitons donner quelques éclaircissements, en lien avec notre combat contre les idéologies de haine et de terreur :

- La majeure partie des victimes du djihadisme, aujourd’hui dominé par Daech, est originaire de pays de confession musulmane. Ce sont les mêmes adeptes de cette religion qui sont, quotidiennement, attaqués et assassinés par cette fraction d’extrême droite fasciste et religieuse.

- Daech est une organisation d’extrême droite qui, en employant la terreur, entend imposer son diktat aux populations dans les territoires à majorité musulmane et développe la haine dans les zones où les musulman-e-s sont minoritaires. L’islamophobie en Occident est l’essence même de ce dont a besoin le djihadisme pour s’étendre et se développer. Nous ne pouvons permettre que la haine ne se répande dans nos contrées. Et si c’était le cas, cela ferait le jeu de Daech.

- Daech n’est pas née ex nihilo. C’est la conséquence de dizaines d’années interventionnisme militaire de l’Occident en Orient. Le courant idéologique de Daech a été promu par les États-Unis et ses alliés en Orient durant la Guerre froide pour faire face à la menace soviétique. Aujourd’hui, ce courant, à chemin entre le Wahhabisme et le Salafisme, est impulsé et financé par les alliés historiques de l’Occident, à savoir : l’Arabie Saoudite, le Qatar ou la Turquie. Des alliés généreux qui financent, à coup de pétro-dollars, ce courant idéologique.

- La peur et la terreur, que nous vivons aujourd’hui à Barcelone, sont les mêmes causes qui poussent à fuir des milliers de réfugié-e-s, qu’ils et elles proviennent du Maghreb, de Syrie ou de l’Afrique Sub-saharienne. Des réfugié-e-s qui au péril de leurs vie, sur des embarcations de misère, n’hésitent pas à traverser la Méditerranée. Accueillir ces victimes du terrorisme est le devoir de toute personne solidaire, attachée aux valeurs démocratiques.

- La manière la plus efficace de lutter contre l’extrême droite islamiste, du point de vue des mouvements sociaux, est de générer des solidarités inclusives, interculturelles. La création de « ghettos » ne génère que la mise à distance et l’incompréhension entre les cultures. La convivialité et l’appui mutuel qui existent au sein des associations de quartiers ou des syndicats est le meilleur moyen d’éviter que ces populations des « ghettos » ne soient offerts aux bras que leurs tendent l’obscurantisme.

- Il est plus urgent que jamais de développer un mouvement populaire internationaliste de soutien aux communautés du monde musulman en butte au Wahhabisme : en particulier les mouvements laïcs qui s’y expriment ; en particulier aussi le peuple kurde, qui par sa lutte armée fait reculer Daech et développe un système social multiculturel, égalitaire et fraternel.

Barcelone sera toujours la « rose de feu », la ville de la rébellion et de la résistance antifasciste.

Les fantômes du fascisme, dans leur version islamiste, repointent leur nez. A la mémoire des victimes d’hier et comme celles d’aujourd’hui, ils ne passeront pas !

¡No pasarán !

Publié le 20 août 2017, 61 visites.