Mobilisons-nous jeudi 8 mars à Strasbourg pour une Journée internationale des droits des femmes offensive et revendicative. Rendez-vous à 17h devant la Gare !

Appel :

La journée du 8 Mars est impulsée par Clara Zetkin en 1910, dans le cadre de luttes d’ouvrières internationalistes pour un droit de vote universel et gratuit pour tout.es.

Pourquoi faut-il encore se battre pour les droits des femmes ?

Les inégalités salariales perdurent et les femmes ont un salaire inférieur à compétences égales.

Elles sont sur-représentées dans les secteurs les moins rémunérés et sont les plus directement touchées par les politiques actuelles de casse du code du travail.

Dans la sphère familiale, les femmes assument le travail domestique non rémunéré.

Les femmes racisées, trans, âgées et handicapées sont davantage exploitées dans les professions genrées et non déclarées, ou sont tout simplement exclues du travail salarié et surexposées à la précarité.

Les femmes sont victimes d’agressions sexistes autant dans la sphère publique que privée : harcèlement au travail, violences dans la sphère familiale, harcèlement de rue.

Elles sont très souvent victimes de rapports de pouvoir : économiques ou affectifs. Les violences et agressions sexuelles envers les femmes se produisent dans tous les milieux sociaux.

Les politiques menées par les gouvernements successifs ne réduisent pas ces violences et inégalités, mais conduisent à les aggraver :

réformes du code du travail qui augmentent la précarité et le chômage des femmes ;

baisse des financements alloués aux associations d’aide aux femmes ;

recul sur la question de la PMA pour les couples lesbiens.

Nous revendiquons :

- l’égalité des salaires et des conditions de travail.

- l’accès libre et gratuit à la contraception et l’IVG.

- l’accès libre et gratuit à la PMA pour les couples lesbiens.

- l’ouverture d’un débat public sur la GPA.

- la sensibilisation, dès l’école, aux questions de genre, orientation sexuelle et transidentité.

Nous encourageons l’auto-organisation et l’auto-défense des femmes, notamment celles de la confédération démocratique et féministe du Rojava (nord de la Syrie) et des combattantes des YPJ (unités de défense des femmes).

Nous affirmons donc notre soutien aux kurdes d’Afrin (ouest du Rojava) face aux bombardements du gouvernement turc.

Suite aux mouvements féministes internationaux actuels et aux libérations de paroles permises par #MeToo et #BalanceTonPorc, organisons-nous.

Ne nous limitons pas à un féminisme institutionnel, instrumentalisé par des politiques néolibérales, racistes, islamophobes, lgbtiphobes et putophobes.

Rapellons-nous que le patriarcat va de pair avec un système d’exploitation capitaliste et raciste, qui bénéficie à une classe dirigeante restreinte (blanche, masculine et bourgeoise).

Construisons un féminisme soutenant les combats des personnes concernées par le port du voile, le travail du sexe ou la transidentité ; un féminisme de lutte, internationaliste et inclusif !

Signataires :

NPA Strasbourg, MJCF 67 - Jeunes Communistes du Bas-Rhin, Zin pour les femmes, ACAP - Anti Capitalisme Anti Patriarcat, Alternative Libertaire Alsace , Les Jeunes insoumis.e.s Strasbourg, Baf - Brigade Antifasciste de Strasbourg

Publié le 3 mars 2018 par CAL Alsace
274 visites