Femmes en lutte

8 mars 2017 : Tract d’AL Alsace

En 2016, les hommes gagnent 19,27% de plus que les femmes. Seuls 7,27% d’entre eux travaillent à temps partiel. 80% des femmes sont toujours confrontées au sexisme au travail. 72% des taches ménagères sont effectuées par les femmes ce qui représente 1h30 de plus par jour que les femmes.

L’oppression des femmes trouve un appui décisif dans le capitalisme, qui impose dans les entreprises l’inégalité entre les hommes et les femmes, et dans de nombreux cas brimades et exploitation sexuelle.

En adoptant non seulement une critique anti-sexiste, mais aussi anti-patriarcale, AL affirme que l’oppression de sexe est fondamentalement liée à une oppression matérielle, économique et politique, le patriarcat. La lutte pour l’émancipation et pour l’égalité des femmes est un des thèmes essentiels du combat libertaire, qui se doit d’être tout aussi importante que notre combat contre le capitalisme.

Cette lutte a déjà imposé des transformations réelles dans les consciences et dans la vie, grâce aux mobilisations massives des femmes dans les années 70 et 80. Aujourd’hui, ces acquis sont plus ou moins remis en cause notamment par des pressions constantes contre le droit à l’IVG. Nous devons défendre ces acquis.

Partout où du terrain a été gagné s’exerce la pression contraire, qui vise à déposséder les femmes de la maîtrise de leur vie, de leur corps et de leur sexualité, et qui cherche à les reléguer à une place subalterne et soumise conforme à l’image « traditionnelle » de la femme.

Aussi la lutte contre l’oppression des femmes est-elle un de nos combats majeurs, dans et hors des entreprises, en lien avec la lutte de classe. Remettre en question le patriarcat et l’organisation sexiste de la société amène à remettre en cause les rôles obligatoires que chacun-e doit jouer et donc à permettre une plus grande liberté dans les comportements de chacun, qu’il soit homme ou femme.

JPG - 126.2 ko
8 mars 2017 : Tract d’AL Alsace

Publié le 8 mars 2017 par CAL Alsace
83 visites