Une balle dans la tête.

Le 26 août 2014 Hocine Bouras était assassiné par un gendarme volontaire près de Colmar. Ce jour-là les pompiers découvre un corps inerte, menottes aux poignets, se vidant de son sang au bord de l’A 35. Incarcéré à Strasbourg depuis 3 mois, 2 gendarmes conduisaient Hocine à Colmar pour être entendu par un juge au sujet d’un vol à main armée.

Zones d’ombres républicaines

Ainsi donc, selon les 2 préposés au transfert, le détenu aurait agressé la gendarme assise à l’arrière du véhicule et tenté de prendre son arme de service, le chauffeur se serait arrêté pour venir en aide à sa collègue dépassée par la situation et l’a par la suite abattu puisque le matraquage n’y suffisait pas et que le détenu aurait tenté de s’évader, toujours avec les menottes au poignet. Si l’on en croit le juge d’instruction le tireur aurait agit en état de légitime défense. De mis en examen pour coups volontaires ayant entraîné la mort le gendarme est devenu témoin assisté. Une fois de plus, il semblerait que la machine judiciaire fonctionne pour faire d’une exécution sommaire, injustifiable, une réaction de défense autorisée.

Ne pas se résigner à l’injustice

A l’appel de la famille de la victime, 2 marches blanches avaient eu lieu peu de temps après le drame, la première avait réunie plus d’une centaine de personnes. Cette année à nouveau, la famille a souhaité commémorer la mort d’Hocine et solliciter des soutiens. Ce dimanche 31 août ce sont donc une centaine de personnes venues d’Alsace et d’ailleurs qui ont battu le goudron colmarien. « Justice pour Hocine » fut sans doute le slogan le plus fédérateur avec une halte devant le tribunal de grande instance de Colmar, des membres de la famille, des soutiens symboliquement menottés. « Pas de justice, pas de paix », « pour une autodéfense populaire » figuraient aussi en tête de cortège, à l’initiative de l’AFA Strasbourg principale organisation ayant mobilisé pour l’occasion avec l’ATMF Strasbourg. L’URAA était présente tout comme le NPA 67, Alternative Libertaire Alsace et une majorité de proches, voisins, personnes solidaires de la famille d’Hocine ainsi que des membres du collectif « Urgence notre police assassine ». Le procès est encore à venir et il y aura sans doute d’autres initiatives d’ici-là.

Pour plus d’information sur cette journée, se reporter à l’article de la feuille de chou.

La page facebook modérée par la famille d’Hocine.

Le site du collectif « Urgence notre police assassine ». La page.

Résistons ensemble, contre les violences policières et sécuritaires

Que fait la police ?

Publié le 1er septembre 2015 par CAL Alsace
1258 visites