A télécharger

  •   - PDF, 1.4 Mo -

Bulletin mensuel d’information d’AL Alsace n°51, mai 2015

Loi antiterroriste, violences policières, chasse aux sorcières : Subir ou Résister !

Qu’ils étaient beaux le 11 janvier, tous ces chefs d’État défilant pour la « liberté d’expression ». On avait rarement vu une telle brochette de criminels de guerres, tortionnaires de journalistes, assassins de militants et militantes. On peut être rassuré, la démocratie et les libertés sont bien défendus. Le message est clair : « N’essayez pas de vous préoccuper de vos libertés, il risquerait de vous arriver quelques broutilles ».

Bien entendu, les attentats de Paris en janvier 2015 n’ont pas marqué un tournant radical. Rappelons-nous qu’en juillet 2014, le gouvernement de Valls a été le premier en France à interdire les manifestation de soutien au peuple palestinien qui subissait une nouvelle guerre à Gaza. C’est le même gouvernement qui a fait voter en octobre 2014 la 17ème loi anti-terroriste de France en 28 ans (bel exemple de continuité des divers gouvernement dans la voie de l’obsession terroriste). L’efficacité de cette loi a été telle qu’actuellement, après seulement 6 mois, une 18ème loi est en cours de discussion !

La chasse est ouverte

Mais la proclamation d’une “union nationale” depuis janvier a permis à chaque autorité de se lâcher, puisque toute divergence avec le pouvoir apparaît de plus en plus illégitime :

- Jean François Chazerans, professeur de philo à Poitier a été sanctionné par son recteur pour « apologie du terrorisme » sur la foi d’une seule lettre, alors que la justice l’a reconnu innocent. C’est vrai qu’il milite contre l’extrême droite et pour le Droit Au Logement.

- Karim Khatabi, ouvrier à l’usine Bombardier de Crespin (Nord) est en cours de licenciement pour « apologie du terrorisme », car il a refusé de proclamer « Je suis Charlie », comme on l’impose aux supposés musulmans. C’est vrai qu’il est syndicaliste et qu’il a provoqué plusieurs enquêtes forçant son patron à mettre aux normes certains postes de travail.

- Gaëtan, étudiant à Toulouse, a été condamné le 1er avril à 6 mois de prison (dont 2 fermes) pour avoir participé à une manifestation contre les violences policières le 8 novembre… comme 500 autres personnes. Mais il milite aussi au syndicat Solidaires Étudiant et au Nouveau Parti Anticapitaliste.

Voilà l’ennemi intérieur que combat ce gouvernement !

Droit dans ses bottes

Il faut dire qu’en matière de répression contre tous ces fichus contestataires, le PS est bien au niveau de Sarko. C’est bien sûr ce gouvernement « socialiste » qui a décidé de ne répondre que par la force lorsque les projets d’aménagements mégalo sont contestés : un méga aéroport à Notre Dame des Landes pour la 6ème ville de France, un barrage à 8,5 millions d’€ pour… 51 agriculteurs maximum, etc.

Résultats : des centaines d’arrestations, 4 personnes mutilées par la police à Nantes en février 2014, le militant écologiste Rémi Fraisse tué à Sivens en octobre… A chaque fois, les ministres félicitent leurs policiers et gendarmes criminels, les blanchissent de toute accusation et… interdisent les manifestations contre les violences policières

« Socialisme » ET Barbarie

On pourrait se dire que quand on est le président le plus impopulaire de l’histoire de la V° république, il faut bien recourir à la manière forte pour continuer à servir tranquillement les intérêts des plus riches. Mais au delà d’une simple méthode de circonstance, il s’agit bien de faire un pas de plus dans la voie d’une République autoritaire.

- En renforçant l’armement policier en armes prétendument non-létales destinées au « maintien de l’ordre »,

- en remplaçant l’éducation civique au collège par un catéchisme encore plus dogmatique rebaptisé « éducation morale et civique »,

- en rajoutant une 18ème loi anti-terroriste permettant de généraliser la surveillance de tous et toutes, y compris sous le prétexte de suspicion de « violences collectives » pouvant « porter atteinte à la sécurité nationale ou à la forme républicaine des institutions », le résultat espéré est la mise sous contrôle de tout ce qui pourrait contester ce pouvoir mais aussi tout simplement l’ordre social et économique.

L’ordre c’est nous

A la place d’une société autoritaire et hystérique, c’est une société sans oppression que nous souhaitons construire. Sans déléguer le pouvoir à quelques cow-boys en uniforme, c’est collectivement que nous assurons notre sécurité, en supprimant la misère et le consumérisme, causes de la plupart des crimes et délits, en combattant ensemble l’obscurantisme et le nationalisme, qui sont à l’origine du terrorisme, en instituant des débats totalement libres et démocratiques sur chaque sujet, et en retirant aux élus leur pouvoir incontrôlé, pour que les projets (aménagements, lois…) servent les intérêts de la population.

Il n’y a pas de liberté possible dans le capitalisme à part la liberté de quelques uns d’exploiter les autres. La seule alternative est communiste et libertaire !


Solidarité avec Koltchenko</sc>

Alexandr Koltchenko, syndicaliste, écologiste, antifasciste et anarchiste ukrainien de Crimée, est emprisonné à Moscou par le FSB (ex-KGB) depuis mai 2014 pour des accusations délirante de « terrorisme d’extrême droite ».

Moscou tente surtout de faire taire toute contestation sociale dans le territoire nouvellement conquis.

La solidarité internationale est une arme essentielle contre l’arbitraire. Il faut faire parler de lui, signer la pétition : http://alexandrekoltchenko.wesign.it/fr

PDF - 1.4 Mo

Publié le 29 avril 2015 par CAL Alsace
664 visites