A télécharger

  •   - PDF, 691.2 ko -

Bulletin mensuel d’informations d’Alternative Libertaire Alsace - n°50 - avril 2015

Austérité, Macron, Répression… No Pasaran

C’est un quinquennat assez prodigieux qu’est en train de réaliser Hollande : des dizaines de milliards d’euros en cadeau pour les « entreprises » chéries (mais pas les salariés, c’est juste pour les propriétaires des dites « entreprises »), la destruction du code du travail, quelques privatisations, des budgets d’austérité pour tous les services publics… et tout ça sans la moindre mobilisation syndicale d’ampleur ! Face à un tel tableau, il devient urgent de mettre un terme à l’offensive patronale et de construire un nouveau rapport de force.

La concurrence est rude

Hollande est en passe de dépasser Sarkozy dans l’importance des contre-réformes qu’il réalise. Sarkozy espère bien récupérer le job pour défendre son record !

- Grâce à Hollande&Macron, ton patron peut t’imposer 5 dimanche de travail par an, sans demander l’autorisation du maire et peut encore t’en rajouter 7 autres si le préfet (représentant du gouvernement) l’accepte !

- Grâce à Hollande&Macron, ton patron peut t’imposer de travailler jusqu’à minuit sans majoration pour travail de nuit.

- Grâce à Hollande&Macron, le code du travail n’est plus obligatoirement appliqué si tu acceptes de négocier un contrat de travail spécifique (renseigne-toi, ton patron connais sûrement les moyens de te faire accepter).

- Grâce à Hollande&Macron, tes représentants, qui te défendent devant les prud’hommes, seront choisis par l’administration parmi les syndicalistes réputés représentatifs (la CFDT se frotte les mains).

- Grâce à Hollande&Macron, ton patron n’aura plus besoin de réintégrer ou indemniser les travailleurs et travailleuses licenciés lors d’un plan de licenciement déclaré illégal par un tribunal.

- Grâce à Hollande&Macron, ton patron pourra tranquillement faire obstruction à l’action des syndicalistes, délégués du personnel ou encore des comité d’hygiène et sécurité sans risquer de condamnation pénale (juste une petite contravention administrative)

- Grâce à Hollande&Macron, ton patron pourra faire travailler totalement gratuitement des employés handicapés qui font partie d’un organisme de réinsertion (qu’il est charitable !)

Si tu travailles dans les services publics, il est évident que le budget de ton service va continuer à diminuer, que le non-remplacement d’une partie des départs en retraite entraînera une augmentation de ta charge de travail et que les pouvoirs de tes chefs augmenteront eux aussi (tout autant que la pression qu’ils mettront sur toi).

Stop ou encore ?

Il faut croire que ça aide d’être auto-proclamé « gouvernement de gauche ». Une telle politique menée par l’UMP aurait sans doute suscité l’indignation des « socialistes » et même une réaction de la part des syndicats les plus inoffensifs comme l’UNSA ou la CFDT. Et puis, quand ça conteste trop, le PS peut allègrement réprimer (manifestations pour Gaza interdites à l’été 2014), tant pis s’il y a des dégâts collatéraux (comme la mort de Rémi Fraisse au barrage de Sivens). Bien entendu les promesses électorales (retour à la retraite à 60 ans, embauche de 60 000 personnes dans l’éducation nationale…) ne sont que de vagues souvenirs d’une époque révolue, l’époque où le PS essayait encore de faire croire qu’il défendait les exploités. Depuis plus de 30 ans que ce “tournant libéral” nous est imposé, le chômage n’a pourtant fait que grimper.

L’heure du réveil

Pour ne plus subir, il n’y a qu’une seule solution efficace : s’organiser collectivement, refuser collectivement les contre-réformes qu’on nous impose et faire émerger une alternative anticapitaliste. Depuis le mois de janvier 2015, plus de 200 grèves ont eu lieu : dans le rail, dans la radio publique, à l’université (le « collectif des bas salaires de Paris VIII » a gagné une augmentation après 11 semaines de grève !!!), dans les hôtels de luxe parisiens, dans les grandes surfaces (Intermarché, Carrefour market…) et même les sans-papiers d’un salon de coiffure parisien. L’étrange logique qui voudrait que l’on se serre la ceinture pour donner quelques dizaines de milliards de plus aux organisations patronales semble avoir du plomb dans l’aile. Il est plus que jamais évident que l’on ne peut rien attendre de bon d’une future alternance politique. Seule la lutte paie ! L’heure est à l’organisation collective et à la solidarité. A la place d’une alternance inutile, c’est à nous de construire une alternative réelle en mettant fin à l’arbitraire patronal, en contestant collectivement toute répression dans l’entreprise ou dans la rue, en construisant un contre pouvoir, dans nos entreprises comme dans nos villes et nos quartiers.

PDF - 691.2 ko

Publié le 6 avril 2015 par CAL Alsace
607 visites