Honduras : la répression continue… la résistance aussi !

Après le coup d’Etat le 28 juin dernier au Honduras, le peuple subit une répression féroce de la part du nouveau régime, qui a instauré un climat de terreur. Le 8 mars, c’est la manifestation féministe qui a été attaquée par la police. Mais la contre attaque populaire se prépare.

La police réprime des femmes de la Résistance hondurienne

Une manifestation pacifique des Féministes en Résistance du Honduras a été réprimée par la police qui a répondu aux ordres du Congrès national et de l’Institut National de la Femme (INAM).

Les Féministes en Résistance manifestaient ce lundi pour la commémoration du Jour International des Femmes.

Elles prévoyaient de montrer dans l’entrée du Congrès ce que les femmes ont fait dans le cadre de la Résistance au Coup d’État.

Cependant, l’INAM avait une autre activité projetée dans le même lieu et a ordonné conjointement aux autorités du Congrès que la Police déloge les femmes de la Résistance.

Les Féministes ont considéré que c’était un boycottage de sa mobilisation puisque il y avait eu une important diffusion faite pour cette mobilisation.

Au début ils leur ont coupé l’électricité afin qu’elles ne puissent pas mettre en place les actions prévues, et ensuite la police est venue frapper les femmes avec matraques En principe ils leur ont pris la lumière pour qu’ils ne pussent pas réaliser les actions prévues et tout de suite la Police a frappé les femmes avec gourdins et armes et armes.

Regina Fonseca, membre du Centre des Droits de Femmes (CDM), a indiqué que les femmes se trouvent « en résistance contre l’oligarchie qui s’est emparée du pays ». Elle a expliqué que c’est pour cela que les féministes veulent une refondation de l’État où les femmes ont leur place.

Le week-end prochain les Féministes en Résistance seront dans La Esperanza, Intibucá, pour participer à un simulacre d’Assemblée Nationale Constituante, avec plusieurs milliers de personnes qui seront réunies durant trois jours pour discuter de la Constituante.

source : Policía reprime a mujeres de la Resistencia hondureña

entretiens (en espagnol) avec des militante durant cette manifestation : primitivi.org

Le Front National de la Résistance Populaire pour une assemblée constituante

Tegucigalpa, 10 mars, (RHC)—. Le Front National de la Résistance Populaire du Honduras a annoncé la réalisation d’une consultation populaire sur la convocation d’une assemblée constituante pour la refonte du pays.

Dans un communiqué, cette organisation qui s’est créée spontanément tout de suite après le coup d’Etat contre le président Manuel Zelaya, précise que la consultation aura lieu le 28 juin, pour le premier anniversaire du putsch.

Appuyé par les chefs des partis traditionnels, les grandes entreprises et l’église catholique hondurienne, le coup d’Etat a empêché la tenue, le 28 juin 2009, du référendum organisé par le gouvernement du président Zelaya sur la constituante.

Dans son communiqué, le Front de la Résistance Populaire signale que cette consultation « représente la volonté pressante du peuple de construire une démocratie véritable et de transformer le système d’injustice et de répression installé par l’oligarchie »

Publié le 17 mars 2010 par CAL Alsace
1423 visites