Eboueurs de Strasbourg : fin du « fini parti »

Nous diffusons ici le communiqué de presse de la CGT et de la CFDT de la CUS (rebaptisée Eurométropole de Strasbourg)

Fin du « fini parti » à l’Eurométropole de Strasbourg ???!!!

Voici l’article que nous avons pu lire avec consternation sur le site des DNA ce vendredi 23 janvier 2015 à 11h50 : « L’Eurométropole de Strasbourg va mettre fin au « fini parti » des éboueurs. Une délibération en ce sens sera prise le 30 janvier.

Le président de l’Eurométropole Robert Herrmann et son vice-président Alain Fontanel ont annoncé vendredi le 23 janvier, en conférence de presse, que la pratique du « fini parti » du ramassage des ordures ménagères sera supprimée. Et ce dans le cadre de la politique de réduction des dépenses budgétaires et de « modernisation » de l’administration fusionnée Ville de Strasbourg Eurométropole. »

Selon Robert Herrmann, le fini parti entraîne de mauvaises conditions d’hygiène et de sécurité au travail et impacte la santé des agents. De ce point de vue, on peut partager et il est vrai que pour un « rippeur » l’espérance de vie est de 60 ans. Qu’il s’agisse des égoutiers ou des éboueurs, aucun syndicat ne peut se satisfaire d’une espérance de vie diminuée. Mais ces mauvaises conditions de travail dénoncées depuis longtemps par nos syndicats, cette pénibilité ne datent pas d’hier…Alors pourquoi cette précipitation ? Pourquoi ne pas avoir informé les syndicats de cette volonté ? Pourquoi ne pas avoir posé préalablement sur la table la question de la pénibilité, des conditions de travail ? De quelle modernisation parle-t-on ?

Les élus le savent bien, dans ce dossier, « on marche sur des oeufs »… Les conditions de travail ne sont pas le seul paramètre à considérer. Il y a un certain cynisme dans le discours des élus : Prétexter la santé des agents alors qu’en réalité, ces derniers déclarent : La remise à plat de la collecte va en outre permettre à la collectivité de réaliser de substantielles économies. La réforme consisterait à rallonger la durée des collectes et la taille des tournées, à réduire le nombre de ces tournées et donc à réduire d’un tiers le nombre de véhicules nécessaires. La voilà la raison ! Une fois de plus : le FRIC.

La CGT et la CFDT ne sont pas attachées à la pratique du « FINI PARTI » par principe… Elles sont des organisations syndicales responsables et ne peuvent pas fermer les yeux sur la pénibilité et les dangers de cette pratique. Par contre, nos syndicats rappellent que ce ne sont pas les agents des OM qui ont choisi cette pratique à une époque et que la CUS y a toujours trouvé son compte.

Aussi longtemps que ça l’arrangeait, la CUS a fermé les yeux sur l’état de santé des agents. Aujourd’hui, comme il faut réaliser des économies, le prétexte de la santé est tout trouvé. Avant même que ces questions si importantes de la pénibilité aient été discutées avec les syndicats, les élus ont déjà programmé une délibération. En clair : circulez y a rien à voir ! Inacceptable pour les agents placés devant le fait accomplis, inacceptable pour les syndicats devant cette obstruction au dialogue social.

La CGT et la CFDT vont réunir très rapidement TOUS les agents des Ordures Ménagères pour définir, ensemble, la marche à suivre !

Publié le 23 janvier 2015 par CAL Alsace
1035 visites