A télécharger

  •   - PDF, 602.9 ko -

Bulletin d’infos d’Alternative libertaire - Alsace. n°48 - janvier-février 2015

Une marche pour la liberté…au pas de l’oie !

Les crimes atroces qui ont visé « Charlie Hebdo » puis un supermarché cacher interviennent dans un contexte marqué par la montée d’un racisme gravissime. Des néo-nazis grecs d’Aube dorée aux délires « d’invasions musulmane » du mouvement Pegida en Allemagne… en passant par l’omniprésence médiatique du FN, on a l’impression que beaucoup de monde attendait avec impatience ce genre d’événement qui pourrait mettre le feu aux poudres. Plus d’une cinquantaine d’attaques visant des Arabes ou des musulmans ont été commis dans les 7 jours qui ont suivi l’attentat. Comme si nous étions inexorablement entrainé vers un « choc des civilisations ».

Notons tout d’abord que ces mouvements qui prétendent sauver l’Europe chrétienne contre les crimes des “méchants musulmans” montrent un bel exemple de la fameuse « civilisation européenne » : Aube dorée est réputée pour sa violence, responsable d’au moins un assassinat et de nombreuses agressions, le fondateur de Pegida, Lutz Bachmann, a été condamné plusieurs fois pour des cambriolages, des braquages ou du trafic de cocaïne,…

Race ou classe, il faut choisir !

L’émotion suscitée dans le monde entier par les attentats a provoqué une réaction prévisible : les politiciens se sont emparés de l’événement, au nom du patriotisme (dont Charlie Hebdo se moquait régulièrement), prônant une “union nationale” qui nous renvoie tout droit à la guerre de 14-18 ! Cette nouvelle union sacrée, derrière les classes dominantes, devrait nous faire abandonner la lutte des classes… L’Etat en profite déjà pour préparer une nouvelle vague de lois liberticides, dont les principales cibles seront les populations prétendument musulmanes ou toute personnes contestant un peu trop l’ordre capitaliste. La conséquence prévisible étant bien sûr le repli communautaire d’une population stigmatisée depuis longtemps. Les fanatiques religieux n’attendent que ça. On peut parier que l’unanimisme ambiant sera très utile au gouvernement pour faire passer ses diverses lois anti-sociales comme la loi Macron (qui étend le travail du dimanche mais aussi le travail de nuit, facilitant les licenciements, détruisant la justice prud’homales qui était le principal recours des salariés contre l’arbitraire patronal, etc.).

De même, le TAFTA (vaste accord de libre-échange actuellement négocié en toute opacité entre l’Union européenne et les États-Unis) ne devrait plus susciter trop d’indignation, alors qu’il remet en cause toutes les normes sociales, environnementales et sanitaires et permettrait aux multinationales de poursuivre les États devant des tribunaux d’arbitrage privé. La seule union qui serait utile est l’union contre le capitalisme, une union qui permet de créer des solidarités quelles que soient les communautés dans lesquelles on veut nous enfermer, de lutter contre ce système destructeur complice de toutes les formes d’intégrisme.

Vive la liberté ! Mais pas maintenant…

Tous les amis de la démocratie et de la liberté, se sont donnés rendez-vous à Paris le 11 janvier : les dirigeants du Gabon, de la Russie, de la Turquie, d’Israël, de la Hongrie et d’autres qui sont allés marcher doctement devant 4 millions de personnes. Le président turc Erdogan, qui prétend contrôler ou interdire Facebook et You Tube, qui opprime les minorités kurdes, en Turquie et empêche les résistants de Kobane (au Kurdistan syrien) de recevoir de l’aide dans leur lutte contre les djihadistes de Daech, est un bel exemple de défenseur des libertés. Toutes les grandes démocraties capitalistes, la France en tête, s’apprêtent en effet à entrer dans une nouvelle relance du processus de guerre ouverte au « terrorisme ». Depuis des décennies, ce sont des pays entiers qui sont attaqués, occupés, pillés, au nom de cette guerre là. Avec l’efficacité que l’on sait… quand on voit la situation de l’Afghanistan ou de l’Irak aujourd’hui. Mais il faut bien protéger les ressources si nécessaires aux grandes entreprises (l’uranium du Niger, le pétrole au Moyen Orient…). Et cadeau suprême : le terrorisme permet aux dirigeants de proclamer un état d’urgence, (Vigipirate étant réactivé depuis 1996, il faut aller encore plus loin) et de restreindre la liberté de leurs concitoyens et concitoyennes. La lutte pour les libertés individuelles et collectives est plus que jamais d’actualité !

Les libertés ne se demandent pas, elles se prennent !

La surenchère est déjà entamée : un ancien ministre de l’intérieur (Claude Guéant) déclarait le 12 janvier « Il y a des libertés qui peuvent être abandonnées ». Depuis la loi votée le 13 novembre 2014, nous en sommes pourtant déjà à la 15ème loi antiterroriste en 30 ans ! Mais les lois ne suffisent pas (comme si c’était nouveau). Il faut les compléter par une bonne propagande de fond : le meurtre récent du militant écologiste Rémy Fraisse avait permis à Valls de pointer un « ennemi intérieur », si utile pour resserrer les rangs autour d’un gouvernement si impopulaire. L’actuel déploiement de militaires sur le territoire, les déclarations depuis la manifestation en appelant à « un patriot act à la française » mettent encore un cran supplémentaire. Les médias multiplient les « sondages » ridicules sur la nécessité d’accepter de perdre certaines libertés pour « gagner de la sécurité ». Il est urgent de résister face à cette surenchère perpétuelle. L’ennemi n’est pas invisible et étranger. L’ennemi c’est la pauvreté, les inégalités et la violence engendrée par le capitalisme, le sexisme, le nationalisme, le racisme, etc.

PDF - 602.9 ko

Publié le 22 janvier 2015 par CAL Alsace
750 visites