A télécharger

  •   - PDF, 2.9 Mo -

Sur les écrans : femmes de chambre en lutte

En 2012, un hôtel Campanile Première Classe de Suresnes (Hauts-de-Seine) est paralysé par une grève des femmes de chambre, soutenue par la CGT et la CNT. Durant les 28 jours du conflit, Denis Gheerbrant les regarde danser, les écoute chanter et parler. Son film, On a grèvé, raconte la naissance d’une force collective, et son impact sur l’existence de ces femmes en majorité africaines, récemment arrivées en France et souvent illettrées.

Depuis quelques années, un mouvement revendicatif, pour de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail, se développe parmi les femmes de chambre de l’hôtellerie française.

Une étape victorieuse de ce mouvement, la grève, en 2012, d’une vingtaine d’entre elles à Suresnes, dans un hôtel Campanile Première Classe, a été filmée par Denis Gheerbrant. C’est une grève qui, sur bien des points, fut exemplaire par la conjonction d’une stratégie syndicale pertinente et de la détermination des grévistes. Entre le petit syndicat d’entreprise, CGT HPE (Hôtels de prestige et économiques), appuyé par la CNT du Nettoyage [1], et ces femmes, en majorité africaines, récemment arrivées en France et souvent illettrées, le partage des rôles fut particulièrement efficace.

Durant les 28 jours du conflit, Denis Gheerbrant les regarde danser, les écoute chanter et parler.

On a grèvé nous permet ainsi de mieux les connaître, de leur donner des visages, d’appréhender des esquisses de vies… Le spectateur observe comment le groupe se constitue, comment cette action collective transforme les unes et les autres, et s’interroge, à la fin, sur ce que ce type de lutte porte en germe.

Car si ce moment d’apprentissage et d’initiation à la politique participe d’une véritable dynamique syndicale, le film de Denis Gheerbrant pose aussi, en creux, la question des rapports femmes-hommes ou Noirs-Blancs au sein de cette nouvelle classe ouvrière.

Dossier de presse

PDF - 2.9 Mo

Du 17 au 23 septembre Espace Saint-Michel (Paris 5e) Vendredi 19 septembre à 20h30 : projection suivie d’un débat avec Denis Gheerbrant ;

Dimanche 21 septembre en fin d’après-midi : projection suivie d’un débat en présence de Denis Gheerbrant et Odile Merckling (sociologue, auteur du livre Femmes de l’immigration dans le travail précaire) ;

Mardi 23 septembre à 20h30 : projection suivie d’un débat avec des femmes de chambre grévistes et Claude Lévy ;

Cinéma Le Vox (Langres, 52) : Mercredi 17 septembre en soirée, projection suivie d’un débat avec Denis Gheerbrant ;

Cinéma Eldorado (Dijon, 21) : : Jeudi 18 septembre en soirée, projection suivie d’un débat avec Denis Gheerbrant ;

Séances à venir

Argenteuil, Cinéma Le Figuier Blanc / Cinéma Jean Gabin

Arles, Cinéma Actes Sud

Bédarieux, Ciné3

Blois, Cinéma Les Lobis

Carmaux, Clap Cinéma

Clamecy, Cinéma Casino

Cucuron, Cinéma Le Cigalon

Fontenay-sous-Bois, Cinéma Le Kosmos

Forcalquier, Cinéma Le Bourguet

Gennevilliers, Cinéma Jean Vigo

L’Isle-Jourdain, Cinéma L’Olympia

Ivry-sur-Seine, Cinéma Le Luxy

Marseille, Cinéma Alhambra

Montpellier, Cinéma Diagonal

Mulhouse, Cinéma Le Bel-Air

Poitiers, TAP Castille

Port-de-Bouc, Cinéma Le Méliès

Saint-Denis, Cinéma L’Ecran

Six-Fours-les-Plages, Cinéma Six n’Etoiles

Strasbourg, Cinéma Star

Thionville, Cinéma La Scala

Publié le 10 septembre 2014 par CAL Alsace
683 visites