Guerre de 1914-1918

Que s’est-il passé exactement  ?

Entre le samedi 25 juillet – jour où la presse donne connaissance de l’ultimatum autrichien – et le mardi 4 août 1914 – réalisation de l’« union sacrée » au lendemain de la déclaration de ­guerre –, il s’écoule dix jours.

De ces dix journées tragiques, la mémoire ne retient, généralement, que l’effondrement brutal des positions pacifistes et le ralliement à la ­défense nationale.

Or le déroulé des événements est plus complexe. Ce dossier en fait le récit à hauteur d’homme, montrant l’hésitation des uns, le renoncement des autres, mais aussi les tentatives de résistance qui contredisent, s’il en était besoin, le mythe d’un engouement patriotique unanime.

Dossier spécial dans Alternative libertaire de l’été 2014 : en kiosque, 3 euros

Action, reculade, effondrement : dix journées tragiques

Samedi 25 juillet : l’alerte

Dimanche 26 juillet : La Bataille syndicaliste prend l’initiative

Lundi 27 juillet : les pacifistes dans la rue

Mardi 28 juillet : la CGT cane

Mercredi 29 juillet : le meeting de Wagram annulé

Jeudi 30 juillet : regain de combativité

Vendredi 31 juillet : Jaurès assassiné

Samedi 1er août : décret de mobilisation générale

Dimanche 2 août : le mouvement ouvrier désarticulé

Lundi 3 août : ralliement à la défense nationale

Mardi 4 août : la « trêve des partis »

Les fractions du mouvement ouvrier en 1914

Viviani : l’art de l’enfumage gouvernemental

Contre la guerre, trois stratégies (CGT, PS, FCA)

Pourquoi le Carnet B n’a-t-il pas été appliqué ?

Verbatim : Émile Aubin : « Silence, les gueulards ! »

Épilogue : Résister à l’union sacrée

Chronologie : Quatre ans de montée vers la guerre

Ce dossier spécial est adapté du dernier chapitre d’un livre à paraître à l’automne 2014 : Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914), L’Insomniaque/Libertalia, 544 pages.

Toutes les infos sur http://tropjeunespourmourir.com

Editorial du dossier.

Publié le 9 août 2014 par CAL Alsace
735 visites