Anarchists Against The Wall

Au moins 20 membres du groupe « Les anarchistes contre le mur » ont été arrêtés le 26 juillet après avoir bloqué l’entrée d’une base de la Force Aérienne israélienne au nord de Tel Aviv, pour protester contre les bombardements que les troupes israéliennes réalisent sur la Bande de Gaza. « À plusieurs milliers de mètres de hauteur, un pilote qui vise et appuie sur un bouton peut ignorer ou oublier qu’à ce même instant il est en train de tuer des innocents. Nous sommes venus le lui rappeler » a déclaré Ayala, un membre de ce groupe. Selon une information du journal israélien « Haaretz », les manifestants se sont couverts le visage avec des masques blancs et du faux sang, et se sont couchés dans la rue tels des cadavres.

Anarchistes contre le mur (AATW) est un collectif d’activistes luttant contre toutes formes de ségrégation, d’apartheid, d’incarcération sociale et politique dénaturant spécialement les valeurs démocratiques respectant le droits des minorités et d’autodétermination des peuples.

Le collectif Anarchiste contre le mur est particulièrement engagé depuis quatre ans dans la lutte contre la construction du mur et de la barrière de séparation que le gouvernement israélien a débuté depuis 2003. C’est afin de dénoncer le mensonge du plan sécuritaire israélien que le collectif a rejoint sur le terrain la lutte menée par les divers comités locaux des villages affectés par l’existence du mur.

La lutte contre la construction et l’existence du mur s’étend à un nombre de villages palestiniens directement et indirectement concernés de plus en plus important, malgré les représailles, la répression et la violence perpétuées par l’armée israélienne contre la population palestinienne.

La présence du collectif sur le terrain favorise la création de réelles relations entre les deux peuples divisés par des politiques d’états. Elle encourage chaque village à s’engager dans la lutte globale s’étendant sur toute la longueur du mur. Elle maintient un point critique et alternatif de l’opinion publique israélienne trop souvent alignée à la politique de son gouvernement.

Les risques encourus par le collectif sont élevés et ont un prix. Un prix que chaque membre est près et disposé à payer de sa propre personne : Blessures irréversibles, année d’incarcération ou expulsion du territoire. Ils ont également un prix économique.

Le collectif Anarchiste contre le mur (Anarchists Against The Wall : AATW) a été formé durant le mois d’avril 2003, suite à un campement de résistance qui se teint aux abords du village de Masha, situé à 6 Km de la ligne verte. Sous la pression du chantier du mur confiscant et défigurant ses terres, le comité populaire local du village convoqua israéliennes et israéliens, à venir se joindre à la lutte contre le plan de ségrégation mis en force par leur propre gouvernement.

En décembre 2003, à Deir Ballut, village voisin de Masha, un nouveau camp de résistance pris le jour. Une des actions que le collectif AATW coordonna fut de revenir à Masha pour intervenir directement sur l’élévation de la barrière de séparation, en y sectionnant le grillage de son portail principal. Durant cette action, l’armée israélienne utilisa pour la première fois des tirs de vraies balles à bout portant contre le groupe de manifestants. Gil Na’amati, partenaire du collectif AATW fut grièvement blessé.

Couverte par la majeure partie des médias israéliens, cette action consolida la cohésion du groupe et frappa la conscience populaire israélienne indifférente jusqu’alors à la construction du mur.

2004, surnommée Intifada du mur, fut l’année de soulèvement général qui s’étendit sur toute la longueur de la Cisjordanie. La majeure partie des villages affectés par la trajectoire du mur se révolta et se structura en comités locaux de résistance : Budrus, Deir Qadis, Azawia, Kharbata, Bidu, Beit Surik, Beit Liqia etc. Chaque jour avaient lieu deux à trois manifestations. Le collectif AATW pris de court, ne pouvait ni suivre ni participé à chacune de ces actions. Les manifestations se déroulaient en semaine réduisant ainsi la présence du collectif AATW sur le terrain, alors que l’armée israélienne ne sachant comment réagir face à ce soulèvement généralisé, intervenait avec violence et brutalité. Tanks, hélicoptères, troupes d’élites pénétraient de minuscules réalités rurales comme celle de Budrus, village de 1200 habitants.

En conséquence de ces interventions militaires d’urgences, quinze palestiniens furent tués durant les manifestations contre l’élévation du mur et chaque jour, cinquante à cent palestiniens furent blessés par balles en caoutchouc et hospitalisés. Cette même année, l’armée cessa de construire le mur sur toute sa longueur, afin de se concentrer particulièrement sur certains tronçons stratégiques et d’en assurer la finition. En contrepartie du résultat obtenu par le soulèvement populaire palestinien : ralentissement de la construction du mur, la répression violente de l’armée en affaiblit la motivation et la persévérance. C’est au creux de cette vague qu’un nouveau village prit la relève : Bil’in.

En février 2005 Bil’in réuni par son comité populaire local débuta sa lutte de résistance contre la construction du mur. Bil’in marqua un point de transformation dans la planification et l’organisation des manifestations contre le mur. Les manifestations organisées en fin de semaine, favorisant ainsi la recrudescence de la présence du collectif AATW ainsi que d’autres mouvements israéliens solidaires de la cause palestinienne, prirent un pli d’ordre symbolique plus que d’action de confrontation directe, jouant ainsi sur le pouvoir de communication des médias. Malgré la permanence de la violence militaire, la présence des médias, d’internationaux et d’israéliens en contenait la profusion telle qu’elle fut vécue l’année précédente. La résistance contre la construction du mur pouvait ainsi se déployer à long terme. Chaque vendredi, depuis deux ans et demi, Bil’in tient tête à l’armée israélienne. La relance de Bil’in engagea de nouveaux villages, situés principalement aux abords de Jérusalem et au sud de Bethlehem à prendre action à la lutte : Abud, Al-Ma’sara, Beit Sira, Umm Salamuna, El Wallaja, Nilin etc.

À l’instar de Budrus, le cas Bil’in révéla le mensonge du plan de sécurité du gouvernement israélien. Le mur ne sert pas à protéger la population civile israélienne, mais sert de rempart à l’acquisition illégale de nouveaux terrains en vue d’élargir et d’agrandir les colonies aux seins des territoires occupés. Alors que le tribunal international de la Hague condamna l’entreprise du gouvernement israélien, ce dernier poursuit sans égard son plan d’apartheid contre la population palestinienne qui consiste à diviser la Cisjordanie en cinq enclaves principales. Morcelant ainsi la Cisjordanie et par l’agrandissement de ses colonies existantes dont le mur n’est qu’une façade, le gouvernement israélien tente d’effacer de son panorama la réalité palestinienne et d’englober la Cisjordanie à son patrimoine national.

Conquête d’un territoire par disparition de sa population locale.

Le mur n’est que l’un des éléments d’une machine d’apartheid beaucoup plus complexe et subtile faisant intervenir côte à côte le système judiciaire et militaire.

La construction du mur touche à son terme. À l’intérieur de la Cisjordanie, si l’on considère une même parcelle de terrain, l’entité palestinienne est totalement retranchée de son propre territoire par l’imperméabilité du réseau des colonies et de son réseau de routes agencé.

Joindre le mouvement de soulèvement populaire palestinien devient une entreprise de plus en plus difficile, alors que nous sommes à l’orée d’une période de calme, annoncée par une série de nouvelles négociations, cachant cependant une prochaine révolte.

Le défi des Anarchistes contre le mur est de maintenir et d’élargir à long terme son réseau de communication et de présence sur le terrain en collaboration avec les divers comités populaires locaux.

Les Anarchistes contre le mur perpétuent la visite de nouveaux villages susceptibles de participer à la lutte, maintiennent leur présence durant les diverses manifestations organisées par les comités populaires locaux, programment de nouvelles actions directes visant à enrayer le mécanisme du mur. En effet, le mur est une machine qui nécessite une surveillance ainsi qu’un entretien permanent. À grande échelle et long terme, les coûts excessifs de réparation d’entretien et de surveillance pourraient rendre inefficace le projet du mur.

Afin de rendre efficace son action, le collectif Anarchistes contre le mur appelle à un soutient financier afin de pourvoir principalement :

- Aux coûts de représentation légale qui s’élèvent à 30’000 euros par an.
- Aux coûts de transport qui s’élèvent à 3’600 euros par an.
- Aux coûts de matériel qui s’élèvent à 3’000 euros par an.

Vous pouvez continuer à apporter votre soutien aux Anarchistes contre le Mur en envoyant vos chèques (mention soutien AATW au dos) à : Société d’entraide libertaire (SEL) c/o CESL, BP 121, 25014 Besançon Cedex. IBAN : FR 7610 2780 8590 0002 0572 10175 BIC : CMCIFA2A

Anarchistes contre le mur : Pas un sur cent et pourtant ils résistent

Malgré tout, la Palestine vivra !

Une prise de position critique : Le Noir : décoloniser l’anarchisme et défier l’hégémonie blanche

Publié le 7 août 2014 par CAL Alsace
912 visites