A télécharger

  •   - PDF, 186.2 ko -

communiqué de la CGT 67

Strasbourg ALERTE à l’environnement !

Grève à l’Usine d’incinération Sénerval de Strasbourg depuis le 21 Mars / Alerte à l’environnement et alerte à la santé publique

Bonjour,

Un certain nombre de fausses informations ont circulé dans la presse locale au sujet de l’usine d’incinération de la CUS de Strasbourg gérée par Sénerval dans le cadre d’une Délégation de Service Public. La direction de l’usine d’incinération de Strasbourg n’est malheureusement pas à un mensonge ou à une omission volontaire près. L’argumentaire développé récemment dans les colonnes des DNA par Mme Lemoine Présidente du site et ancienne présidente de LLM qui s’occupait de la maintenance et de l’entretien des chaudières jusqu’à fin 2013, est truffé d’erreurs, surprenant pour une spécialiste du secteur : en premier lieu sur la question des électrofiltres qui ne servent pas à laver les fumées mais servent au dépoussièrement par système électrostatique des fumées. Des électrofiltres se trouvent en amont de tout traitement des fumées.

Le mauvais entretien des électrofiltres génère donc un risque majeur pour la santé des travailleurs et des riverains. Il existe bien un système de lavage des fumées ainsi qu’un système de traitement dioxine qui se trouvent tous les deux après l’électrofiltre. Ainsi les poussières plus communément appelées CMR (cancérigènes, mutagènes, réprotoxiques) et les fumées sont propulsées à l‘air libre sur la terrasse lors des débourrages fréquents des électrofiltres (plusieurs dizaines de tonnes par semaine) suite à un manque d’entretien et à des pannes répétitives. (voir photos et vidéos). Ces poussières et ces fumées sont chargées de métaux lourds (dioxine, furane, arsenic, nickel, plomb, etc..) et présentent un risque très important de cancers sur les personnes exposées.

Il est effarant de constater qu’une Présidente de site puisse confondre la vapeur d’eau et la fumée. Ce sont deux circuits bien distincts dans l’usine. A moins que des éléments nous échappent ! La mauvaise volonté de l’entreprise n’est plus à démontrer ainsi malgré la mise en demeure adressée par l’inspection du travail en décembre 2013. Aucune protection collective n’existe à ce jour ni d’ailleurs aucune procédure de décontamination. Nous tenons tout de même à préciser que les incidents sur ce site datent depuis 2010. Ils ont fait l’objet de nombreuses discussions et échanges entre la direction et les représentants du personnel à l’initiative des élus du personnel. Nous sommes surpris de voir que l’entreprise ne connait qu’une seule année d’incidents et qu’un seul incident sur le silo à cendres sachant que le site fonctionne en marche dégradée depuis l’arrivée de la nouvelle direction (le groupe SECHE en 2010). La CGT comme elle s’en est engagée devant les élus strasbourgeois tient à leur disposition ainsi qu’à la DREAL des preuves justifiant de ces affirmations. A ce jour malgré plusieurs interpellations la DREAL n’a toujours pas donné de suite favorable à une rencontre avec les élus du site. Nous ne désespérons pas. Nous pouvons contredire tous les arguments de la direction de l’usine d’incinération. Nous nous tenons à disposition pour toute demande de renseignements et d’explications complémentaires ou même présentation de preuves devant une autorité d’état ou juridictionnelle. Les salariés du site sont en grève depuis le 21 mars et l’usine est à l’arrêt. Nous demandons un débat public avec la direction du site. Les citoyens peuvent soutenir les salariés en grève en signant la pétition en ligne : www.moea.net/senerval

POUR TOUS CONTACTS :

Jean Claude MACABRE Secrétaire de l’Union Locale CGT Strasbourg jeanclaude.macabre@orange.com Raymond RUCK Secrétaire Régional de la CGT Alsace r.ruck.cra@orange.fr

Jacky WAGNER Secrétaire Départemental de la CGT du Bas Rhin cgt67.jwagner@wanadoo.fr

L’usine d’incinération d’ordures ménagères de Strasbourg, située au 3 rue du Rohrschollen à Strasbourg, est en grève depuis le 21 mars 2014 à 5 heures.

C’est l’entreprise SENERVAL qui gère, pour la CUS, cette usine dans le cadre d’une << délégation de service public >>. Au-delà de leurs conditions de travail et leurs salaires, les salariés sont mobilisés contre les graves problèmes de sécurité et de fonctionnement de l’usine.

En effet, les risques potentiels vont bien au-delà des personnels du site et concernent désormais l’ensemble de la population de l’agglomération Strasbourgeoise et outre-Rhin… A ce titre, les élus strasbourgeois portent une responsabilité dans ce dossier !

Ce sont en effet des rejets d’agents C.M.R Cancérigène, Mutagène, et Réprotoxique dans l’atmosphère et peut-être dans l’eau qui sont en cause !

Il s’agit là du non respect de la législation en vigueur concernant les électro filtres, les rejets atmosphériques, le transport des cendres et la durée maximum de travail. Face à l’obstination de la direction de l’entreprise à ne pas répondre aux problèmes soulevés dans cette usine par les différentes instances représentatives du personnel, les salariés n’avaient plus d’autre alternative que de se mettre en grève pour se faire entendre.

 La CGT demande l’arrêt immédiat de la surexposition des salariés aux agents toxiques et la mise en place de mesures conséquentes pour la protection de la santé des membres du personnel et de la population.

 La CGT réclame l’amélioration des conditions de travail en commençant par la fiabilisation de nos installations, la prise en compte de l’avis des représentants du personnel et la mise enplace de protections collectives.

 La CGT exige la création d’embauches en CDI et un plan de formation du personnel, seuls garants d’un fonctionnement optimal en termes de sécurité.

La CGT s’engage à assurer et organiser la solidarité financière avec les salariés de Senerval en lutte. Elle appelle toute la population à la soutenir, y compris financièrement, dans une action qui vise à la préservation de la salubrité de notre environnement !

Union Départementale CGT du Bas-Rhin

Pétition

PDF - 186.2 ko

Comment l’entreprise Senerval,qui gère l’usine d’incinération d’ordures de Strasbourg traite ses salariés et… l’environnement ! Le tout avec de l’argent public ! Ecœurant…

Publié le 2 avril 2014 par CAL Alsace
1318 visites