Un dossier exceptionnel de la feuille de chou !

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg / 2012-2014

La Feuille de chou / Journal de bord (archives 2011-2014)

A l’approche des élections municipales, les Roms subissent les pressions insistantes et répétées de la part de la mission Rom de la ville de Strasbourg aux ordres des élus PS-EELV.

Espérant, à la fois, dissimuler au regard des électeurs son inaction en matière d’urgence sociale, et convaincre un électorat d’extrême-droite de sa capacité à réguler l’immigration, l’équipe sortante PS-EELV s’en prend une fois de plus aux Roms-Migrants, pauvres parmi les pauvres, étrangers de surcroît, boucs-émissaires tout désignés.

Si la présidence Sarkozy avait donné le ton, notamment lors du discours de Grenoble, c’est bien l’actuelle présidence Hollande qui définit la politique et commande les actions menées aujourd’hui à l’encontre des Roms. Chargeant les élus et fonctionnaires locaux des basses besognes de terrains (démantèlements des campements, démolition des abris de fortune, harcèlement, expulsion…), elle les confirme dans leurs rôles d’acteurs et main d’oeuvre décentralisés d’une xénophobie d’État.

Dans ce contexte, La Feuille de chou, média citoyen indépendant, également membre de Latcho Rom, association de défense des droits des Roms, revient sur 2 ans d’actions de résistance quotidienne face à la politique anti-rom de la Ville de Strasbourg.

Ainsi au fil des articles produits, c’est bien en tant que média ET association que nous témoignons des méthodes honteuses et indignes à l’égard des Roms, qui en 2 ans de présidence Hollande se traduisent au niveau local

- par l’entretien volontaire d’un statut d’exception qui établit le “précaire” et le “provisoire” comme base politique,

- par l‘éclatement de tout élan ou réseau de solidarité avec les Roms, allant des pressions aux menaces sur les militants en passant par le chantage aux subventions des associations amies,

- et enfin, par une autorisation de débordement du cadre des missions officielles de certains responsables qui, dépendant des Affaires sociales, font plutôt, sur le terrain, un travail de police municipale.

Aussi nous espérons que nos expériences et nos actions, outils concrets d’une résistance pragmatique et solidaire, seront utiles aux associations et aux chercheurs doctorants avec qui nous travaillons et sommes en réseau.

NOUVEAU DOSSIER : « Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Publié le 12 mars 2014 par CAL Alsace
1315 visites