A télécharger

Austérité à l’Université

Vers une mobilisation à l’UdS ?

Six ans après l’adoption de la LRU, les conséquences de la prétendue « autonomie » des universités se font gravement sentir à Strasbourg. En décembre, une AG des personnels et une AG des étudiants avaient exprimé leur inquiétude face au budget 2014 que s’apprêtait à voter la Conseil d’Administration de l’Université. Les élus d’opposition, principalement des syndicalistes, ont même refusé de siéger à cette séance du CA, ce qui n’a malheureusement pas suffi à empêcher le vote du budget. Une délégation d’étudiants et de personnels a quand même interrompu la séance pour lire une motion :

PDF - 63.7 ko
Motion AG étudiants
La motion des étudiants lue au CA le 17 décembre 2013

Mais début janvier, on apprenait que ce budget déjà très serré allait encore devoir être amputé. En effet, le ministère a annoncé le 13 décembre que le budget de l’UdS subirait une baisse de 3,8 millions d’euros ! L’équipe présidentielle tente désormais de ’ventiler’ cette baisse de recettes sur les diverses composantes de l’université, leur imposant de manière autoritaire une baisse de 20% de leur budget de fonctionnement pour 2014. Les conséquences prévisibles seront l’augmentation du nombre d’étudiants par groupe de TD ou de CM, la fermeture de petits groupes ou d’options rares, et une dégradation encore plus forte des conditions de travail des personnels. Et comme d’habitude, ce seront les personnels les plus fragiles et les composantes les plus faibles institutionnellement (lettres, histoire, langues, arts…) qui trinqueront en premier !

Face à ces attaques sur le service public d’enseignement supérieur et de recherche, l’intersyndicale appelle personnels et étudiants à se mobiliser :

PDF - 59.2 ko
Les 20% de trop !
Communiqué intersyndical sur le budget 2014

A terme, c’est la vision d’une université ouverte, gratuite et publique qui est remise en cause. Elle est remplacée par une vision patronale dans laquelle l’université ne servira plus qu’à fournir de la chair à usine, comme l’admet la ministre soi-disant « socialiste » en invitant le patronat à décider du sort des universités françaises.

Contre l’université des patrons, nous appelons l’État à tenir ses engagements : il manque 60 à 80 millions d’euros pour boucler le budget 2014 des universités, alors que le Crédit Impôt Recherche (dont l’inutilité est soulignée même par la Cour des Comptes) coûtera… 7 milliards en 2014 !!!

Mais au-delà d’une réponse venue d’en haut, c’est aux acteurs de l’université eux-mêmes, étudiants et personnels, de se mobiliser pour lutter pour une université ouverte et démocratique !

A lire aussi sur le sujet :

La réaction de 17 présidents d’université, qui contrairement à celui de Strasbourg, s’opposent aux restrictions budgétaires.

Un premier appel à mobilisation nationale des étudiants.

PDF - 205.7 ko
Appel à mobilisation nationale
Appel de la 1ère Coordination Nationale Etudiante des 23 et 24 novembre 2013

Publié le 17 janvier 2014 par CAL Alsace
978 visites