Nous travaillons à votre protection !

Sans nous, ce serait l’insalubrite généralisée !

Chers concitoyens, Vous ne nous connaissez pas vraiment et pourtant, tous les jours nous vous protégeons. Cachés au fond des égouts, soumis à une atmosphère irrespirable ou juchés à l’arrière des camions hydro-cureurs où nous inhalons tous les jours des quantités énormes d’aérosols nocifs pour notre santé nous travaillons pour vous.

Sans nous, les villes seraient complètement insalubres, les rats et autres immondices envahiraient nos rues, des maladies referaient surface… Sans nous, nous reviendrions 500 ans en arrière. Notre métier est indispensable au bon fonctionnement de la société. Avec la CGT nous revendiquons que soit prise en compte la situation de tous les salariés en contact avec les eaux résiduaires afin que soit reconnu le caractère insalubre de notre travail. Nous voulons bénéficier du droit au départ à la retraite anticipée. « Le milieu insalubre ne se limite pas aux seuls réseaux souterrains d’égouts, mais à l’ensemble des réseaux d’eaux résiduaires, qu’ils soient souterrains, confinés ou de surface. Ces réseaux débutent dès le collectage des eaux usées relâchées par les usagers, et se terminent à la fin de l’épuration de ces eaux usées et du traitement des déchets et de l’atmosphère. » Rats, ferraille, détritus, gaz toxiques, hydrocarbures, produits radioactifs… travailler dans les égouts ou sur les réseaux est loin d’être une partie de plaisir. Il faut absolument que le gouvernement comprenne que notre métier est dangereux et qu’il nuit gravement à notre santé. Mourir 17 années avant les autres… Que peut-il y avoir de pire en termes d’injustice ? Des études, réalisées par l’Inserm, prouvent que nous mourrons 17 ans plus tôt que la moyenne nationale, et 7 ans plus tôt en moyenne qu’un ouvrier. Ce n’est pas seulement un écart de mortalité, mais un véritable fossé. Entre la promiscuité avec les rats, responsables de la leptospirose, les hépatites, et surtout l’exposition au sulfure d’hydrogène (H2S), très nocif pour la santé, les risques sont considérables. Notre système immunitaire pâtit de notre activité. Pas une semaine sans infections ou désagréments causés par notre métier. Comme tout un chacun nous voulons pouvoir profiter de nos familles après une vie passée au travail, au service du public. Aujourd’hui nous sommes en lutte pour que ce caractère insalubre et pénible de notre mission soit reconnu. Nous demandons de pouvoir bénéficier d’un départ anticipé à la retraite. Votre soutien nous est indispensable pour réussir à imposer cette mesure de justice sociale.

CGT comnunauté urbaine de Strasbourg

Mobilisation du 26 novembre

Publié le 30 novembre 2013 par CAL Alsace
1381 visites