Inégalités, violences, exploitation. Quand c’est trop, c’est la grève.

Appel du collectif Grrrève des femmes pour une grève nationale en 2014

Depuis deux ans, à Toulouse, à l’appel du collectif Grrrève des femmes (avec des syndicats, des partis et des associations), le 8 mars, c’est la grève ! Des crèches et des écoles fermées, 800 femmes dans la rue. Journée internationale de lutte des femmes, le 8 mars s’est dépolitisé. Il a perdu de sa vigueur contestataire et subversive. Dilué dans le calendrier festif, il s’est dégradé, relégué à une sorte d’intermédiaire entre la St-Valentin et la Fête des mères… Il s’est institutionnalisé et marchandisé.

Dans un contexte d’inégalités persistantes, de crise et d’austérité, repolitisons le 8 mars : Comme journée de lutte !

Comme journée internationale de grève contre l’exploitation salariale, domestique, sexuelle des femmes !

Comme journée internationale pour l’éradication du sexisme et du patriarcat !

Comme journée internationale de solidarité entre les femmes du monde entier !

Objectif de la grève : lutter contre les discriminations, gagner de nouveaux droits, pour une société réellement égalitaire.

Parce qu’à travail égal, les femmes gagnent 27% de moins que les hommes.

Parce que 70% des travailleurs à temps partiel et bas salaires sont des femmes.

Parce que la retraite des femmes est de 780 € en moyenne quand celle des hommes est de 1500 €.

Parce qu’une femme meurt tous les 2 jours et demi sous les coups de son conjoint.

Parce qu’une femme est violée toutes les 7 minutes.

Parce que les femmes homosexuelles subissent à la fois sexisme et lesbophobie.

Parce que les femmes effectuent encore 80% des tâches domestiques.

Sans le travail des femmes, domestique et salarial, la société ne pourra pas fonctionner.

Si 52% de la population cesse de travailler, la société toute entière sera paralysée. Ainsi, la place et l’importance de l’activité des femmes dans la société seront rendues réellement visibles. Et des pans entiers de l’économie ne fonctionneront plus : crèches, écoles, hôpitaux, caisses de supermarchés, aide à domicile, nettoyage, etc… Sans parler de tout le travail domestique normalement assumé gratuitement par les femmes, qui sera laissé à l’abandon !

Faisons du 8 mars une journée nationale de grève des femmes ! Emparons-nous de l’espace public pour porter nos revendications !

Collectif Grrrève des femmes 31 https://www.facebook.com/pages/Gr%C3%A8ve-des-femmes/185161064919697

Publié le 1er novembre 2013 par CAL Alsace
1050 visites