Colonialisme et lois racistes. Comment le colonialisme conditionne-t-il notre politique migratoire ?

Conférence d’Odile Tobner et Cheikh Tidiane Diop le 7 mai 2008 à Mulhouse.

Au nom de la lutte contre l’immigration clandestine, la France ligote et expulse ceux que le gouvernement voudrait faire passer pour les responsables du déficit du système de protection sociale, de la délinquance, du chômage, bref, de tous les problèmes sociaux.

Cette diabolisation et la focalisation du discours sur l’immigration clandestine permet au gouvernement de banaliser et de faire accepter par l’opinion, même par une bonne partie de celle de gauche, des pratiques répressives et le durcissement inhumain et fondamentalement raciste de la législation sur les étrangers.

Pourtant, malgré le déni de l’autre, la violation permanente des droits humains et le mépris des conventions européennes ou internationales, la réalité des pays du Sud, et plus particulièrement de l’Afrique, pousse de plus en plus de jeunes à s’entasser, au péril de leur vie, dans des embarcations de fortune à la conquête d’un « el Dorado ».

Ce qu’ils ignorent, c’est que l’Europe est devenue une forteresse qui n’ouvre ses portes que de façon sélective et un enfer social dans lequel ils seront les plus fragiles des sans droits, les plus précaires des travailleurs, les plus exploités par des employeurs peu soucieux de la législation du travail et dont le seul but est de diminuer les coûts de production pour faire plus de profit.

Les lois sur l’immigration, les 3 dernières en particulier, commises par N. Sarkozy, B. Hortefeux, avec la complicité des nombreux députés qui les ont entérinées, ainsi que les pratiques administratives ou policières qui en découlent portent la marque d’une longue « tradition raciste » et « négrophobe » qui, depuis le Code Noir, en 1685, a justifié l’esclavage, la déportation et la colonisation et justifie maintenant le néocolonialisme.

Mercredi 7 mai à 20h

Auberge de jeunesse

37 rue de l’Illberg, Mulhouse

avec Odile Tobner

auteure de « Du RACISME FRANCAIS, quatre siècles de négrophobie », (éd. Les Arènes, 2007), présidente de l’association SURVIE, qui milite pour l’assainissement des relations franco-africaines.

et Cheikh TIDIANE DIOP

Sociologue diplômé des universités de Dakar, de Bourgogne et de Franche-Comté, auteur de « L’AFRIQUE EN ATTENTE », (éd. L’harmattan, 2007).

L’enregistrement (.wav) à télécharger

Organisé par :

Action pour la Dignité et l’Insertion Sociale, Alternative libertaire Alsace, Confédération Nationale du Travail, Justice - Immigration - Droits, Les Alternatifs 68, Maison de la Citoyenneté Mondiale, SCALP, Untergang.

Autres conférences d’Odile Tobner : La négrophobie selon Odile Tobner Le « racisme français » selon Odile Tobner

Publié le 10 février 2010 par CAL Alsace
2938 visites