Quand agir entraine de ces « petites » victoires qui deviendront grandes…

Mise en place au mois de Mars d’un premier « comité de liaison C.A.F et usagers » via La C.R.I.SE à Nancy….

Compte-rendu du Jeudi, 16 février 2012 : « C.A.F.ards C.A.F.tés gare ta gueule »

Les C.A.Fard-e-s de Nancy s’incrustent dans les locaux de la C.A.F de Nancy :

Ce jour, jeudi 16 février 2012, chômeur-ses, précaires, survivant-e-s aux minimas sociaux, jeunes sans revenu de C.A.Fards de « La C.R.I.S.E » à Nancy se sont répandus à travers les locaux de la C.A.F de Nancy…

Le vigile à l’entrée, la salariée de l’accueil paraissent ne pas comprendre ce qui arrive. Nous occupons les lieux, « tapissons » le hall, distribuons les tracts aux usagers.

Nous rejoignons le premier étage, où sont reçus les usagers. La raison de notre présence est annoncée, les affiches sont placardées ici et là des murs donnant un aspect plus vivant à ce lieu austère. Procès-Verbal social sont dressés aux usagers comme aux personnels présents.

Affolement de la responsable « accueil », qui nous demande de sortir et d’enlever nos affiches. Ce à quoi les cafards restent sourds et poursuivent leur appropriation des lieux. Panique… Elle s’affole téléphone à la main.

Pendant ce temps, nous interpellons les précaires, les supposés fraudeurs et profiteurs assis dans l’attente craintive et soumise de leur tour. Elle, c’est 3 ou 4 fois qu’elle vient (en vain) pour son dossier d’ouverture R.SA. Nous la retrouverons dans la suite…

La responsable de l’accueil nous demande encore de quitter les lieux… Non ! Nous souhaitons rencontrer la directrice de la C.A.F. Madame Chevalier qui voici près d’un mois nous a envoyé les forces de police lors de notre intervention de « soutien » au personnel en grève.

Première tentative de nous amadouer par une acceptation à recevoir une délégation… Nous sommes un collectif, nous sommes donc tous la délégation… Retour à l’envoyeur… Pendant ce temps, murs, panneaux se « décorent », tracts se diffusent et P.V social se dressent…

Enfin ! Madame la Directrice daigne « tous » nous recevoir ! Dans notre sillage nous entrainons cette R.S.Aste en attente…

Prélude à l’entretien plutôt froid. La directrice est accompagnée de la responsable de l’accueil. A plus forte raison que nous lui rappelons sa mauvaise réputation et en conséquence la mauvaise réputation de la C.A.F de Nancy que nous confirmons de nombreux exemples.

Nous interpellons quant aux retards dans le traitement des dossiers, lié aux licenciements, au mal être du personnel, au manque d’effectif en insistant sur les conséquences sur les usagers, précaires….

A plusieurs reprises Madame la Directrice tente d’éluder le problème en nous disant que la gestion du personnel ne nous regardait pas. (Même blablabla réchauffé à Police Emploi). Nous insistons, parlons de la situation du personnel que nous mettons en parallèle avec celle des usagers.

A partir d’exemples précis, de précaires présents, nous pointons les failles, lacunes et problèmes C.A.F…. Et puis sont abordées les ignominies des contrôles, dont domiciliaires, les suspicions de fraude… Chaud…. ! " Le personnel affecté à la fraude, comme au contrôle serait (dans un service public digne de ce nom) plus utile au traitement rapide des dossiers en retard… ! Tel est notre propos. De rappeler les origines de la vrai fraude… Celle qui nous spolie… Nous vole…

Les indus ! Ouf ! Là aussi c’est chaud ! De façon subite, les indus A.P.L d’un précaire présent se sont transformés en erreur de la C.A.F donc en dû après plusieurs mois ( ???). R.S.A jeunes : 400 en Meurthe et Moselle (circulez y’a rien à voir…). Mais où est le fric alors ?

Enfin ! Nous interrogeons sur le fonctionnement de cette institution opaque C.A.F. Nous exigeons nous, usager, d’être représentés NOUS ! Nous savons ce que nous voulons ! Nous voulons et exigeons de prendre part aux décisions qui nous concernent ! Le C.A C.A.F : Non ! Les dits partenaires sociaux ne nous représentent pas ! Alors ? Nous mettons en exergue cet acquis des mouvements chômeurs les comités de liaisons…. Nous le proposons… Surprise, la Directrice, Madame Chevalier nous déclare être favorable à ce type « d’échange » ! Nous saisissons la balle au bond… C’est décidé, nous allons le mettre en place… Notre exigence : avec les représentants des salarié-e-s ! C’est d’accord. Ce qui se confirme par les propos tenus par Madame Chevalier au micro de France Bleue Lorraine…

Ce périple C.A.F s’achève par une discussion et des échanges riches avec des usagers présents. Face au portail de la C.A.F c’est France Bleue qui nous questionne, mais également des usagers.

Pod cast : http://players.tv-radio.com/radiofrance/playerfrancebleu.php ?tag=france_bleu_sud_lorraine_mp3

Dès demain vendredi, nous adresserons un courriel à Madame Chevalier avec une proposition de date, en mars, pour ce premier comité de liaison C.A.F et usagers. Nous n’allons pas manquer de poser nos conditions. Un objectif : « Nous ré approprier les espaces de décisions qui concernent nos vies ! »

A cet effet, nous allons rédiger un tract à l’attention des usagers, un communiqué de presse ainsi qu’une adresse aux salarié-e-s de la C.A.F. Nous suggérons aux collectifs de lutte contre les chômages et les précarités d’interpeller sur l’ensemble de la France les C.A.F et la C.N.A.F (Caisse Nationale…) à cet effet. Prochaines agitations de La C.R.I.S.E à Nancy à venir :

C.P.A.M/C.R.A.M - Énergies - Transports - R.S.A/ revenu - et toujours Pôle Emploi….

Grève des chômeurs ! Grève des précaires ! Grèves des travailleurs !

Pour une grève générale !

Grève générale ou « crève »en général va falloir vite choisir…

Nous appelons les syndicats actifs, non réformistes, non collaborateurs du système, de la Meurthe et Moselle à informer les salarié-es, à commencer par celles et ceux de pôle emploi, de la C.A.F, de la C.P.A.M du bien fondé de nos mobilisations, à les soutenir, à nous rejoindre puis à se mobiliser. Nous décidons d’engager une résistance face à la déshumanisation et à la dégradation de l’ensemble des ex services publics notamment Police Emploi, la C.A.F et la C.P.A.M, devenus des outils de contrôle social, au service de l’Etat, du patronat, du capitalisme, et de la finance nuisibles aux salarié-es, aux précaires, aux chômeurs, aux travailleurs pauvres …

Nous appelons les organisations politiques prétendues d’extrême gauche et/ou révolutionnaires , les groupes et collectifs anarcho - libertaires, les désobéissants, à nous rejoindre dans cette agitation, pour en finir tous ensemble avec cette violence sociale sans précédent, avec le piétinement de nos droits les plus fondamentaux, avec ce système nécrophage, avec ces gouvernements autoritaires et leurs instruments de destruction sociale massive…

Publié le 21 février 2012 1290 visites