Offensive catholique intégriste

Mobilisation contre l’extrême droite ‏

BMP - 600 ko
A Toulouse, le 16 novembre, manifestation de catholiques intégristes à l’occasion de la première de « Golgota Picnic »

Paris, le 18 novembre 2011

Aux organisations : Action antifasciste Paris banlieue, Ras l’Front Saint Denis, Ras l’Front Marne la Vallée, SCALP NO Pasaran, ATTAC, FASTI, LDH Paris, MRAP, FCPE Paris, RESF Paris, l’Appel des appels, La Libre pensée, Act up Paris, Mix-cités, VISA, UD CGT Paris, CGT Spectacle, CGT Culture, CGT Info-com France Soir, SNJ CGT, CNT Paris, CNT spectacle région parisienne, CNT Etpreci, FSU 75, Solidaires Paris, SUD Culture, SUD Spectacle Sud Etudiant, UNEF, UNL, FIDL Les Alternatifs, Coordination des groupes anarchistes, Europe écologie Les Verts, FASE, Fédération anarchiste, Gauche unitaire, Lutte ouvrière, NPA, Parti de gauche, Parti communiste français, PCOF, POI, Mouvement de la jeunesse communiste

Cher-e-s camarades,

L’extrême droite bénéficie de l’exaspération que provoque la politique économique d’austérité de la droite dans la partie la plus conservatrice de l’électorat populaire et profite politiquement de la politique identitaire de la droite (campagnes et lois sécuritaires et anti-immigré-e-s, discours autoritaire, rapprochement avec le Vatican et politique dite de civilisation bafouant la laïcité et stigmatisant les musulman-e-s).

Stimulée par ses succès électoraux et par la caution constante que la droite lui apporte, elle peut aussi compter sur la complaisance dont une partie des médias fait preuve à l’égard de Marine Le Pen, laissant entendre que le FN aurait changé au point d’être un parti comme les autres.

Depuis deux ans l’extrême droite connaît un regain d’activisme toutes tendances confondues Celui-ci prend des formes de plus en plus provocatrices (apéros saucisson pinards, soupes au cochon) et violentes (interventions violentes régulières du GUD à Paris, agression des nationalistes autonomes contre des jeunes qui ne partagent pas leurs opinions dans plusieurs régions ou comme à Lyon attaques de rassemblements antiracistes et agressions ciblées de militants antifascistes en vue de créer un climat de terreur…)

Les courants catholiques intégristes essayent aussi de s’approprier la rue en relançant leurs campagnes anti-IVG (marches pour la vie, mobilisation contre la réouverture du centre IVG Tenon obtenue de haute lutte). L’un de ces mouvements, l’Institut Civitas, a entamé depuis quelques temps une croisade contre les oeuvres qu’il juge « blasphématoires ». Allié à d’autres groupes violents, racistes, antisémites et hostiles aux musulman-e-s comme le Renouveau français, l’Action française ou le GUD, il a assiégé 10 jours durant Le Théâtre de la Ville pour s’opposer aux représentations de Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci, interrompant ce spectacle à quatre reprises, conspuant les spectateurs, leur lançant des projectiles. Certains intégristes qui participaient à ces rassemblements quotidiens ont même été interpellés avec des couteaux.

Ils ont réédité leur mobilisation contre cette même pièce devant le Cent Quatre début novembre, s’adonnant à des prières de rue, mais n’ont dû leur salut que grâce à la protection de 120 policiers leur permettant d’importuner les spectateurs et la population du quartier.

Entre le 8 et le 17 décembre prochain ils comptent perturber les représentations de Golgotha pic-nic, la pièce de Rodrigo Garcia qui sera jouée au Théâtre du rond-point comme ils l’ont fait du 10 au 12 novembre à Rennes et sont en train de reproduire la même opération à Toulouse jusqu’au 20 novembre.

C’est intolérable ! L’extrême droite constitue une menace pour la liberté de création et d’expression. A chaque fois qu’elle a dirigé une ville ou un état, elle s’est employée à interdire des spectacles et à retirer des bibliothèques des ouvrages contraires à son idéologie, voire à les brûler. Rappelons nous qu’en 1989, ces mêmes catholiques intégristes ont incendié et entièrement détruit un cinéma de Saint Michel qui projetait La Dernière tentation du Christ de Scorcese. C’est pourquoi il nous semble urgent d’agir pour ne pas en arriver là et ne pas laisser s’instaurer un climat d’intimidation et de pression préjudiciable à la liberté d’expression et de création.

Dans le cas présent, nous savons bien que ces mouvements veulent avant tout occuper la rue pour propager leur idéologie de haine et intolérance, en utilisant au besoin la violence afin de faire taire leurs ennemi-e-s.

Des mobilisations unitaires, associant organisations politiques, associations et syndicats ont permis ces derniers mois à Paris, à Lille et dans d’autres régions de poser les premiers jalons d’une riposte antifasciste qui doit aller en s’amplifiant, d’autant que le FN va réinvestir l’espace public à l’approche des élections.

Aussi nous vous proposons de nous rencontrer lundi 21 novembre afin de discuter des initiatives à prendre dans les prochains jours face à cette offensive et de la façon d’y associer un maximum d’organisations, mais aussi les milieux artistiques, ainsi que la population parisienne.

Cordialement

Alternative libertaire

Nouveau Parti anticapitaliste (Commission nationale antifasciste)

CNT Culture spectacle région parisienne

Publié le 21 novembre 2011 par CAL Alsace
1112 visites