En Alsace aussi…

Gaz de schiste : énergie nouvelle et nouvelle arnaque !

L’augmentation des prix de l’énergie rend rentable des sources d’énergies jusqu’ici délaissées. Le gaz de schiste est la dernière énergie à la mode… dont on dira dans 50 ans que l’on ne connaissait pas les effets néfastes. Pourtant la mobilisation contre l’exploitation de cette ressources a déjà commencé. Nous reproduisons ci dessous un article de la Commission écologie d’AL et quelques documents sur son exploitation aux Etats Unis et en Alsace.

Dernière minute (7 avril 2011) : alors que divers projets de loi contre l’exploitation du gaz de Schiste en France ont été déposé (à l’approche des présidentielles… c’est opportun), les forages ont repris en Seine et Marne ainsi qu’en Lorraine : voir l’article du Républicain Lorrain ci dessous.

Documents :

Les méfaits du gaz de schistes mis en évidence aux Etats Unis : « Le « WikiLeaks » des gaz de schiste sur la radioactivité », un article de Rue 89.

Un article de décembre 2010 sur les dangers de l’exploitation du gaz de schiste à partir de l’exemple nord-américain :

Ruée vers le gaz de schiste !

par la commission écologie d’Alternative libertaire

Pour calmer les inquiétudes légitimes des populations, des associations, des collectifs, des syndicats paysans et sous la pression des élu-e-s des régions concernées, la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé le 4 Février qu’elle lançait avec Eric Besson une mission interministérielle pour déterminer les impacts économiques, sociaux et environnementaux de l’exploitation des gisements de gaz de schiste.

Jean-Louis Borloo, loin des prétentions affichées lors de son Grenelle de l’environnement, avait accordé en 2010 trois permis d’exploration de gisements de gaz de schiste en Aveyron, dans la Drôme et l’Ardèche. Le site Internet d’information Médiapart a relevé l’existence d’un permis attribué dès 2006 qui a donné lieu en 2007 à des forages d’exploration en Haute-Garonne et en Ariège selon la technique très controversée de la fracturation hydraulique, méthode réservée habituellement à l’exploitation. De même, l’entreprise canadienne Vermillon, premier producteur de pétrole sur le sol français, a réalisé l’an passé deux opérations de fracturation hydraulique sur sa concession de Champotran en Seine-et-Marne. Elle cherche à extraire, à partir d’anciens puits forés dans les années 80, de l’huile de schiste, forme non conventionnelle du pétrole.

On ne peut que condamner l’absence totale d’information et de concertation avec les habitant-e-s lors de l’octroi de ces permis ’’d’exploration’’ qui portent sur des surfaces de plusieurs km², parfois situées dans des zones protégées. Face à cette situation, les habitant-e-s et élu-e-s commencent à s’organiser et des collectifs se forment entre autres en Picardie, dans le Larzac, dans l’Hérault, le Gard, demandant l’annulation des projets d’exploration et a fortiori d’exploitation. La contestation est déjà forte, et l’Association des Régions de France a relayé les inquiétudes citoyennes, en demandant l’abrogation des permis autorisés vue l’absence d’information sur l’impact sanitaire et environnemental de l’exploitation des gaz de schiste.

Qu’est ce que la méthode de fracturation hydraulique ?

Le gaz et l’huile de schiste (hydrocarbures non-conventionnels), sont respectivement une forme de gaz naturel et de pétrole, mais au lieu d’être contenus dans des poches géologiques comme les hydrocarbures dits conventionnels, ils se trouvent disséminés dans la roche (le schiste). Pour faire remonter le gaz de schiste, on réalise un forage vertical de deux ou trois kilomètres puis à l’horizontale, grâce auquel on provoque dans les sous-sols des microséismes par explosion puis injection d’eau sous haute pression mélangée à un cocktail de centaines de produits chimiques (biocides, lubrifiants, détergents, de compositions souvent tenues secrètes). Cette technique, développée par le géant américain de l’armement Halliburton, nécessite d’énormes quantités d’eau, d’énergie (les machines marchent au diesel), de produits chimiques, implique l’allée-retour de milliers de camions, et est au final bien plus émettrice de gaz à effet de serre que l’extraction de gaz et pétrole conventionnel.

L’exemple américain, où 450 000 puits sont déjà en activité, démontre tristement les impacts dramatiques de l’exploitation du gaz de schiste. Des sels dissous venant des sols peuvent se mélanger à l’eau (métaux lourds, arsenic, sulfates, carbonates et éventuels radio-nucléides : radon, uranium) et atteindre les nappes phréatiques qui se retrouvent polluées par des eaux empoisonnées et sursalées. Ces eaux se diffusent ensuite dans les sols, les rendant impropres à l’agriculture, et se retrouvent parfois dans le circuit d’eau potable, empoisonnant la population. De même, le rejet de gaz cancérigènes, neurotoxiques, ou généralement polluants, se traduit par une augmentation des maladies respiratoires, des cancers, et des pluies acides dans les régions concernées.

Le gaz de schiste joue un rôle important dans l’approvisionnement en gaz naturel des États-Unis depuis le début du XXIe siècle, quand la flambée des prix des hydrocarbures a rendu ce type d’extraction rentable. Face à la menace d’une pénurie de ressources en gaz naturel, la possibilité d’exploiter le gaz de schiste a multiplié par deux la richesse du sous-sol mondial en hydrocarbures, et suscite la convoitise des gouvernements et des multinationales. L’augmentation de la production de gaz de schiste aux États-Unis et au Canada pourrait contribuer à empêcher la Russie, le Qatar, et l’Iran de décider des augmentations de prix.

Le Conseil européen, de plus en plus inquiet du peu de diversité géographique de l’approvisionnement en gaz naturel de la région (75 % du gaz importé provient seulement de 3 pays : Norvège, Russie, Algérie), et probablement préoccupé par la situation politique en Afrique du Nord et Moyen Orient qui renchérit le prix des hydrocarbures, a proposé le 4 Février l’exploration de gisements de gaz de schiste comme une solution, au grand dam des organisations environnementales qui préfèreraient voir l’Europe adopter des mesures contraignantes sur l’efficacité énergétique et les économies d’énergie.

Révoltez-vous !

D’une manière générale, l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels est un moyen pour les multinationales de l’énergie de repousser de 150 années la durée de vie des énergies fossiles afin de consolider et d’accroître leurs profits avec la bénédiction de gouvernements soumis à leurs intérêts privés. Cette question souligne le caractère à la fois mortifère et criminel du capitalisme. Gouvernants et capitalistes agissent ainsi car ils sont dans la toute puissance. Les nuisances et les souffrances qu’elles occasionnent, ils ne les ignorent pas, mais pour eux il s’agit de quelque chose de secondaire. En effet, elles affecteront les populations, mais pas leurs dirigeants qui trouveront toujours les moyens de se mettre à l’abri.

Sans une vigilance constante, sans la mobilisation des populations, les gouvernements satisferont l’avidité des grands groupes, au besoin en surfant sur la mode écolo… Ainsi en plein délire de « green washing » l’administration Obama estime que l’intensification de l’exploitation du gaz de schiste permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Interrogé au sujet de la polémique causée par l’exploitation possible en France de ce gaz, le pdg de Total s’est dit « agacé ». « S’il faut demander l’autorisation pour avoir le droit un jour de demander l’autorisation, on va commencer à tomber dans la paperassie inutile » a dit Christophe de la Margerie pour justifier le fait que les licences étaient accordées sans enquêtes publiques.

Cynisme, culte du secret, manipulation de l’opinion, arrogance, tout semble permis à ceux qui pensent pouvoir continuer encore longtemps à abuser de leur pouvoir. C’est bien cela qu’il s’agit de balayer pour vivre libres, égales-ux et stopper la destruction de la vie par le capitalisme. Alors faisons le nécessaire pour que la colère monte et que le gaz de schiste explose à la tronche de ceux qui se croient pour encore longtemps les maîtres du monde.

La commission écologie d’AL, le 26 février 2010

En France aussi…

notamment en Alsace et Lorraine…

Parmi les zones qui sont prospectées pour l’exploitation du gaz de schiste et les zones dont le permis d’exploitations a déjà été délivré, se trouvent plusieurs zones en Alsace et en Lorraine :

JPG - 745.3 ko
Carte des zones d’exploitation et d’exploration du gaz de schiste dans le Nord Est de la France

Légende de la carte

Une mobilisation écologiste semble urgente dans nos régions !

La mobilisation a déjà commencé dans le sud ouest, après les Etats Unis et le Canada :

Publié le 27 avril 2011 par AL fédéral
2502 visites