Bulletin mensuel d’Alternative libertaire Alsace n°25, octobre 2010

Retraites, sécu… Nous n’aurons que ce que nous prendrons !

Nous n’aurons que ce que nous prendrons !

PDF - 684.6 ko
Le bulletin mensuel d’Alternative libertaire Alsace n°25, octobre 2010, au format .pdf

Alors que toute l’Europe est secouée par des « plans d’austérité » et autres arnaques en tout genre pour faire casquer ceux et celles qui travaillent, la lutte est le seul moyen d’imposer au pouvoir d’autres voies. Bien sûr, certains partis se lèchent les babines à l’idée des suffrages qu’ils pourront récolter en 2012… et se rassurent à l’idée qu’ils n’auront pas besoin de faire eux-mêmes cette réforme ! Mais la fin du quinquennat de Sarkozy comme la période qui suivra ne dépendront que du rapport de force que nous allons instaurer par la lutte !

Le mouvement s´amplifie

Après une série de grèves ponctuelles, la mobilisation passe enfin à l’étape supérieure et indispensable avec l´appel de nombreux secteurs à poursuivre la grève au-delà du 12 octobre. Dans les transports (SNCF, RATP, SNCM, routiers, ports et docks), dans l´éducation, dans la culture, au ministère de l´équipement, à France télévision, dans le secteur social, dans certaines collectivités locales, dans une partie de l´industrie (pétrochimie, gaz, électricité), la volonté d´en découdre avec le gouvernement existe et partout s’amplifie. Dans ces secteurs, l´effort de syndicalistes (notamment autour des syndicaliste unitaires pour la grève générale : www.syndicalistesunitaires.org ) porte également ses fruits. La lutte qui s’ouvre maintenant est la seule arme entre les mains des travailleurs et des travailleuses qui ne veulent pas se faire voler une fois de plus 2 années de leur vie par le gouvernement !

Et maintenant, que vais-je faire ?

L’intersyndicale du Bas Rhin a appelé dès le 7 octobre à reconduire la grève partout où c’était possible au-delà du 12 octobre. Lorsque vos collègues sont trop réticents et qu’une grève minoritaire n’a pas d’impact, il existe la grève tournante (2 ou 3 jours par semaine chacun-e, ça peut empêcher un service ou une entreprise de fonctionner). Ceux et celles qui reconduiront la grève auront besoin de soutien car leur mouvement ne portera ses fruits qu’en 10 ou 15 jours au mieux : on peut les soutenir en faisant des collectes régulières auprès des collègues qui ne sont pas en grève (la moitié du salaire de la journée par exemple). D’autres part, pour bloquer l’économie du pays, des actions complémentaires à la grève seront nécessaires : prenez contact avec les syndicats qui organiseront ces actions de blocage (ports, raffineries, etc.) !

Pas de Chérèque en blanc pour les directions

La volonté d´en découdre est plus forte à la base que dans les directions syndicales alors que le gouvernement tente de freiner la mobilisation en annonçant des concessions minimes. Même si certains dirigeants y voient la possibilité de s´affirmer comme interlocuteurs valables du fumeux dialogue social, la menace d´une sanction électorale les pousse à ne pas tuer dans l´œuf la radicalité du mouvement. Pour la grève générale Or il ne suffira pas d´annoncer la reconduite de la grève, il s´agit de se préparer à une grève générale longue, seule à même d´obtenir un retrait de la réforme. Elle aura pour objectif de bloquer l´économie et de taper les patrons au porte-monnaie. Mais cette grève doit se nourrir de la solidarité du plus grand nombre pour pouvoir durer. Cela implique des caisses de solidarité pour permettre à des secteurs stratégiques de mener des opérations de blocage, un effort majeur des forces de gauche jusque-là timides. Pour cela une seule méthode légitime, l´auto-organisation.

Et pendant ce temps-là…la rigueur.

Tandis que le gouvernement annonce un rabotage des niches fiscales de 10 milliards, il fait payer la crise aux salariés avec un budget de rigueur et des réformes antisociales, alors que les entreprises bénéficient de cadeaux fiscaux d´environ 170 milliards. La rigueur se traduit directement par le sabordage du service public à coup de suppressions massives de postes dans l´éducation et la santé entre autres.

Et pendant ce temps-là…l´hôpital se fout de la charité.

Le pouvoir poursuit la privatisation des services publics de santé en les privant des moyens nécessaires. Pour lui et pour l’administration hospitalière, l´objectif est de rentabiliser l’hôpital en regroupant les structures. Dans les faits ce sont des restrictions budgétaires, des économies de moyens et de personnel (3500 emplois en moins d’ici 2012, l´A.M.E. -dispositif d’aide sociale limité aux plus pauvres- menacée !), au détriment de notre santé. Cette gestion a pour effet de toucher de plein fouet les centres de planning familial et d’IVG, considérés comme non rentables !

Et pendant ce temps là… la répression des étrangers continue

La Loi Besson prévoit de donner les mains libres à la police pour expulser en évitant la case justice. Il est prévu d´augmenter la durée de rétention et de restreindre l´accueil des malades étrangers. La xénophobie d´Etat envisage également d´interdire le retour de migrants et de renforcer la criminalisation des Français soutiens d´illégaux. La répression des Rroms se poursuit. Une mobilisation est prévue le 16 Octobre pour refuser cette loi raciste, énième tentative de séduire l´électorat frontiste.

PDF - 684.6 ko
Le bulletin mensuel d’Alternative libertaire Alsace n°25, octobre 2010, au format .pdf

Publié le 13 octobre 2010 par CAL Alsace
1090 visites