La CGT-chimie et la CGT Total en grève à partir du 23

AFP | 14.09.10

La fédération nationale des industries chimiques CGT (Fnic-CGT) et le syndicat CGT du groupe Total ont proposé aux salariés du secteur une grève reconductible à partir du 23 septembre, alors que la CGT confédérale s’en tient à une « journée de grèves et de manifestations ». La Fnic-CGT, qui rassemble notamment les activités de chimie, industrie pharmaceutique, pétrole et plasturgie, considère que, « face à ce démantèlement programmé des retraites, nous n’avons pas d’autre choix que de durcir les mouvements, d’augmenter le rapport de forces, notamment par de nouvelles actions de grève ». « La question de la grève reconductible se pose de plus en plus », estime la fédération dans un communiqué. Elle suggère que des « débats avec les salariés » aient lieu ce mercredi, journée d’initiatives et de rassemblements à l’appel des centrales syndicales, « sur la possibilité de grèves reconductibles à partir du 23 septembre en lien avec d’autres professions ». Selon un communiqué distinct, la CGT de Total, qui dépend de la Fnic-CGT, a « pris la position de proposer aux salariés de durcir le mouvement en s’inscrivant dans la grève reconductible jusqu’à satisfaction des revendications à travers le retrait du projet gouvernemental et l’ouverture de véritables négociations pour une réforme juste et solidaire de notre système de retraite ». Le 7 septembre, dernière journée de mobilisation interprofessionnelle, les six raffineries Total en France s’étaient retrouvées en débit minimum en raison de la grève. Deux raffineries, celles de Donges (Loire-Atlantique) et Grandpuits (Seine-et-Marne), avaient prolongé le mouvement d’une journée, d’après la CGT.

Publié le 15 septembre 2010 par CAL Alsace
1380 visites