Destruction des retraites

Appels à la grève générale reconductible

Alors que la lutte contre la destruction des retraites est à un tournant crucial, plusieurs organisations syndicales souhaitent s’engager dans une vrai lutte et appellent à la reconduction de la grève jusqu’à satisfaction.

FO et Sud-Rail appellent à une grève reconductible à la SNCF à partir du 22 septembre au soir

Dépêche Associated Presse — Les fédérations de cheminots FO et Sud-Rail appellent à une grève reconductible à la SNCF à compter du 22 septembre au soir contre le projet de réforme des retraites, et pourraient être rejointes par la CFTC, a-t-on appris vendredi auprès des trois organisations syndicales. Les principaux syndicats de la RATP y réfléchissent également, et se décideront « à la lumière des évolutions éventuelles au niveau national ». La fédération FO des cheminots appelle « à une grève reconductible à partir du 22 septembre au soir », a déclaré vendredi à l’Associated Press le secrétaire général de cette organisation Eric Falempin. Et alors que Sud-Rail a annoncé, jeudi, le dépôt d’un préavis reconductible pour cette date, à la CFTC, on estime que « seule une grève reconductible peut faire reculer le gouvernement ». « Soit on appelle à un mouvement reconductible, soit à rien du tout parce qu’il n’est pas question de refaire une grève de 24 heures qui ne sert à rien. Nous sommes en train d’y réfléchir », a déclaré à l’Associated Press le porte-parole de la CFTC-Cheminots Bernard Aubin. Il a précisé que son organisation prendrait sa décision « dans les prochains jours ». De leur coté, les fédérations de cheminots CGT, CFDT et UNSA appellent à une grève de 24 heures le 23 septembre, dans le cadre strict de la nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle contre le projet de loi de réforme des retraites. A la RATP, les syndicats CGT, UNSA, CFDT, Indépendants, CGC et CFTC appellent à une grève de 24 heures le 23 septembre, mais soulignent dans un communiqué commun qu’à « la lumière des évolutions éventuelles au niveau national », ils ne "s’interdisent pas de s’inscrire dans une forme d’action reconductible.

15 septembre, 23 septembre…. On remet ça !

Appel de l’union nationale CGT-Educ’action

vendredi 10 septembre 2010

La CGT Educ’action se félicite du succès des grèves et des manifestations de la journée du 7 septembre (plus de 2,7 millions de manifestants) contre une réforme injuste, régressive et inégalitaire (85 % des « efforts » porteraient sur les salariés). […]

Pour la CGT Educ’action, le retrait s’impose. Il faut une autre réforme basée sur une autre répartition des richesses qui permettrait de faire perdurer et d’améliorer le système par répartition. Augmenter les salaires (1% d’augmentation des salaires représente 1 milliard d’euros de recettes pour la protection sociale), créer de l’emploi dans la Fonction publique et les Services Publics (hôpitaux, enseignement, énergie…) et le secteur privé (un million d’emplois en plus, c’est 5 milliards d’euros de rentrées de cotisations supplémentaires) sont des solutions balayées d’un revers de la main par le patronat, le gouvernement et une majorité des parlementaires. […]

Pour imposer le retrait de la « réforme », nos revendications et donc un autre choix de société, l’amplification de la mobilisation est une nécessité !

Nos revendications : EFFICACES ETJUSTES ! La retraite à 60 ans pour tous, c’est de l’emploi pour les jeunes, Retour aux 37,5 annuités pour tous public/privé, L’acquisition des droits à la retraite doit prendre en compte les années d’études et les périodes de précarité subies, Les pensions à 75% du meilleur salaire Pas de pensions inférieures au SMIC (1600 euros bruts comme départ des grilles de salaires), Actualisation des pensions indexées sur l’évolution des salaires, Augmentation générale des salaires Abrogation des lois Fillon et Balladur.

La CGT-Educ’action s’inscrit dans les mobilisations décidées par l’intersyndicale les 15 et 23 septembre. C’est pourquoi la CGT Educ’action appelle à rester mobilisés par la grève et la manifestation dès le 15 septembre, date prévue du vote à l’Assemblée nationale, dans l’unité la plus large possible. […]

Appel de SUD éducation

Retraites : en grève et en action le 15 septembre, pour construire le rapport de force !

La fédération Sud Éducation se félicite de la mobilisation du 7 à laquelle elle a contribué dans un secteur qui subit une rentrée dégradée comme jamais avec toujours plus de suppressions de postes, de détérioration des conditions de travail et d’étude de la maternelle à l’université, et le démantèlement de la formation professionnelle des enseignants.

Nous nous félicitons également du fait que les organisations syndicales aient opposé une fin de non-recevoir aux gesticulations du gouvernement. Pourtant, nous pensons qu’il faut battre le fer tant qu’il est chaud et considérons que le refus de reconduire la grève dans la semaine où le texte sur la réforme des retraites est soumis au vote de l’assemblée est une erreur stratégique majeure.

Beaucoup d’équipes syndicales et de salariés, sur le terrain, partagent cette analyse, et sont déçus du communiqué inter confédéral du 8 septembre qui n’est pas à la hauteur de l’enjeu.

Nous estimons, avec l’Union syndicale Solidaires, que la seule stratégie pour faire reculer ce gouvernement et obtenir le retrait du projet de loi sur les retraites est de construire une grève générale interprofessionnelle qui s’installe dans la durée.

Cette grève, nous pouvons encore la construire, en particulier à partir du 23 septembre, jour de grève générale interprofessionnelle, à condition que cette journée soit très massive et suivie de reconductions dans un maximum de secteurs.

Pour cela, à la fois dans l’éducation nationale et au niveau interprofessionnel, il est nécessaire de multiplier les initiatives à tous les niveaux d’ici le 23.

C’est pourquoi la fédération SUD Éducation appelle les personnels à se mettre en grève le 15 septembre.

Plus largement, Sud Éducation appelle à multiplier les débats, les Assemblées Générales, les discussions intersyndicales à la base, et les actions permettant de faire avancer l’idée d’une généralisation et d’une radicalisation de la grève.

Des initiatives de reconduction après le 7 ont déjà été prises par des AG d’établissements, d’écoles, de départements. Des appels à la grève pour le 15 septembre commencent à voir le jour dans certains départements et dans certains secteurs professionnels. Sud Éducation apporte son total soutien à ces initiatives. Les personnels qui seront en grève le 15 sont couverts par des préavis de grève posés par la fédération Sud Éducation et par Solidaires pour l’ensemble des personnels de la fonction publique.

Retrait du projet de loi sur les retraites !

Appel de l’Assemblée Générale des enseignant(e)s du 20e arrondissement de Paris

L’AG s’est réunie ce vendredi 10 septembre 2010 à l’école maternelle 39 rue de Tourtille.

Présents : 38 enseignants du 20e arrondissement et 4 du 18e. 18 écoles du 20e représentées

Une trentaine d’enseignants du 20e présents seront en *grève reconductible dès mardi 14 septembre. Plusieurs l’étaient dès hier. D’autres les rejoindront. Dans le 18e, entre 30 et 40 enseignants ont déjà prévu d’être en grève reconductible à partir de mardi.

L’AG 20e prend date pour défendre le droit à la retraite :
- le 14 septembre : grève reconductible et AG à 9h00 à la Bourse du Travail
- le 15 septembre : manifestation à 12h30 devant l’Assemblée Nationale (appel relayé par l’AG d’île de France).

L’AG 20e se prononce pour ne pas opposer les différents rendez-vous mais les amplifier sans attendre les 15 (journée d’action et de manifestation) et 23 septembre (journée de grève et de manifestation), dates retenues par l’intersyndicale nationale. Elle invite tous les enseignants à rejoindre la grève reconductible dès mardi 14 septembre et à participer massivement à la manifestation de mercredi 15 septembre devant l’Assemblée Générale.

L’AG 20e, composée de syndiqué(e)s et non syndiqué(e)s s’adresse aux organisations syndicales parisiennes, et à travers elles aux fédérations et confédérations pour leur demander de :
- soutenir et relayer les décisions prises en AG parisienne le 7 septembre, à la veille de la manifestation qui a vu près de trois millions de manifestants dire dans les rues leur opposition au projet gouvernemental sur les retraites
- s’engager avec les enseignants dans la grève reconductible dès le mardi 14 septembre
- créer les conditions d’une interprofessionnelle afin de définir, dans l’unité la plus large possible, les actions à mettre en place dès à présent afin d’obtenir le retrait du projet gouvernemental sur les retraites
- diffuser ces informations auprès du plus grand nombre
- (re)mettre en service les caisses de grève pour venir en aide aux camarades qui s’engageront dans la grève reconductible.

CNT - communiqué confédéral du 9 septembre 2010 :

Ni négociable, ni amendable, retrait du projet de contre-réforme des retraites !

Nous étions près de 3 millions, en France, à manifester le mardi 7 septembre 2010, contre le hold-up programmé du pouvoir sur les caisses de retraite. De plus en plus nombreux à affirmer que l’argument démographique avancé par le gouvernement pour nous faire travailler plus longtemps est une vaste escroquerie ! […]

Continuons à nous mobiliser à la base, dans l’unité, face à un patronat de combat pour qui la « crise » est un bon prétexte pour récupérer ce que des années de luttes sociales ont permis de lui arracher.

Deux « journées d’actions » et de grèves ont d’ores et déjà été prévues dans la continuité du 7 septembre : les 15 et le 23 septembre 2010. Si la CNT n’était pas tenue à l’écart de l’intersyndicale qui a proposé ces deux dates, nous aurions vraisemblablement proposé d’agir directement dans la dynamique et le rapport de force instaurés le 7 septembre. Mais, la réalité est autre… Malgré son insatisfaction, la CNT appelle à poursuivre la lutte et à participer aux différentes dates annoncées, en ayant en perspective de transformer des journées sans lendemain en grève générale reconductible.

- La CNT invite les travailleurs à se saisir de la journée du 15 septembre, jour du vote par les députés du projet de loi, pour rejoindre les initiatives en préparation au niveau local et en définir les modes d’action.

- La CNT appelle à se rejoindre massivement à la nouvelle journée de grève et de manifestation du 23 septembre appelée par l’intersyndicale CFDT-CFTC-CGT-CGC-FSU-Unsa ainsi que FO et Solidaires, mais également à en préparer dès aujourd’hui la reconduction dans l’unité syndicale à la base, seule condition nécessaire à une victoire des salariés.

- La CNT appelle tous les travailleurs à discuter en assemblée générale des échéances futures.

- La CNT soutiendra toutes les initiatives de reconduction de la grève.

Ne restons pas isolés et divisés. Regroupons-nous et organisons-nous pour arriver à une grève générale illimitée, seule capable de stopper le rouleau compresseur capitaliste et d’amorcer un futur débarrassé de la précarité, de l’exploitation et des inégalités.

Nous ne lâcherons rien ! C’est au patronat de payer, pas aux salariés !

Publié le 12 septembre 2010 par CAL Alsace
1231 visites