Grève contre l’arbitraire patronal

Solidarité avec SURCOUF

Aujourd’hui, lundi 10 mai, les travailleurs et travailleuses de SURCOUF, à Strasbourg, qui étaient en grève depuis 6 semaines, comme dans 4 autres magasins, ont tenu une assemblée générale.

Ils ont voté la fin de la grève.

Petit rappel des raisons de la grève :

Lors du comité central d’entreprise du vendredi 7 mai, le plan social a été accepté par une partie des représentants syndicaux, ce qui a suffit à le valider. Les SURCOUF obtiennent donc 1200€ par année d’ancienneté au lieu des 800€ proposés à l’origine. Mais la lutte n’est pas finie : elle va se poursuivre par la voie judiciaire.

Mais qui a eu cette idée de baisser les salaires ?

Le « jeune patron si prometteur » qui propose cela n’est autre que M. Hugues Mulliez, nouveau propriétaire à 33 ans de l’enseigne depuis l’an dernier. Ce Monsieur, qui bien entendu affirmera qu’il ne doit rien à personne et qu’il s’est fait tout seul, est accessoirement le neveu de M. Gérard Mulliez (première fortune de France, propriétaire notamment de Auchan). Il est aussi membre de la puissante famille Mulliez qui détient des parts de Décathlon, Leroy Merlin, Cultura, Les 3 suisses, Boulanger, Kiabi, Flunch, Norauto, Kiloutou, Jules, Xanaka, Top Office, Grosbill

Ce « jeune loup » de la finance devient propriétaire, (pour un euro symbolique ! Incroyable) de cinq magasins et prend comme immédiate première décision de baisser les salaires de ses employés. L’ancien propriétaire, M. François Pinault (vous connaissez ? un des hommes les plus riches de France), lui a ainsi « offert » des magasins d’une valeur estimée à 55 millions d’euros !

Les salariés licenciés réclament 1 500 € pour chaque année d’ancienneté et une prime de 1 000 €… soit même pas 10% du cadeau qu’a reçu Mister Mulliez !

source : tract CGT

Publié le 5 mai 2010 par CAL Alsace
1520 visites