AL spécial de juillet-août est en kiosque !

Voir les lieux de vente en kiosque (attention, il faut attendre plusieurs jours après la sortie du journal pour que la liste complète des lieux de vente apparaisse…).

Numéros de 2017

COP21, la mascarade écologique !

Tous nos articles sur la grand messe du Greenwashing qui a eu lieu à Paris du 29 novembre au 12 décembre 2015 et sur les luttes locales qu’il faut mener !

Nous contacter

Pour contacter le CAL Alsace, envoyez-nous un e-mail.

Pour accéder aux archives d’avant 2010, vous pouvez visiter notre ancien site : AL-Alsace.

Vous pouvez nous rencontrer tous les deuxièmes samedis du mois sur le marché du Neudorf à Strasbourg.

Nous tiendrons aussi un stand où vous pourrez trouver nos journaux, livres et brochures dans le Patio de l’université de Strasbourg (22 rue Descartes), le jeudi 14 janvier et le jeudi 11 février, de 13h à 14h30.

Nous diffusons une lettre d’infos hebdomadaire qui comprend toutes les nouveautés du site et quelques annonces de nos activités dans la région.
S’inscrire à la newsletter d’AL-Alsace
:
[Obligatoire] : Veuillez entrer une adresse e-mail valide (de type vous@fournisseur.com).
:

Où trouver Alternative libertaire en Alsace ?

Nous assurons des ventes militantes du journal :

- tous les deuxièmes samedis du mois, sur le marché de Neudorf à Strasbourg de 10h30 à 11h30.

Le journal est vendu dans des bureaux de presse, dans le Bas Rhin. Pour trouver le lieu de vente le plus proche de chez vous, utilisez le site :

www.trouverlapresse.com

A la une

Agenda militant

L M M J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 
  • Edito : Le vernis craque déjà

    L’élection avait été une vaste campagne de communication  : de la mise en scène monarchique aux sourires «  Colgate  » du nouveau président  ; des promesses de vertu républicaine à celles du renouvellement. Tout avait la couleur d’une publicité de téléréalité et le goût d’une bière tiède.

    Mille promesses auxquelles personne ne croyaient. Et le vernis n’a pas tardé à craquer. Revoilà les petites affaires et la bonne vieille corruption républicaine. Revoilà l’odeur fétide du lepénisme sortant de la bouche du ministre de l’Intérieur. Revoilà les anciennes allégeances internationales et la complaisance des impérialistes. Rien n’a changé dans les salons de la bourgeoisie  : l’élection n’avait été qu’un divertissement nécessaire, l’important étant que rien ne bouge vraiment. La nouvelle communication n’avait pour but que de détourner le regard des vraies questions : la destruction du Code du travail, la fin des cotisations sociales ou des 35 heures. Elle enduisait de vernis vertueux et moraliste les vieilles recettes capitalistes.

    Mais c’était peine perdue car jamais une élection n’avait soulevé une telle vague de défiance dans la population. Le gouvernement est marqué par une forte illégitimité renforcée par son autoritarisme annoncé  : les ordonnances et l’état d’urgence. C’est sur celle-ci que peuvent compter les embryons de mobilisations et de résistances pour se développer.

    Alternative libertaire, le 3 juillet 2017

    Publié le 15 juillet 2017